camernews-volker-finke-cam

Après la déculottée… Où est passé Volker Finke ?

Après la déculottée… Où est passé Volker Finke ?

Absent de la délégation officielle qui a regagné le Cameroun le 25 juin dernier, le sélectionneur des Lions Indomptables est porté disparu. Si d’aucuns imputent cette absence à une guerre latente entre le technicien allemand et le Comité de normalisation de la Fécafoot ; d’autres expliquent que l’homme s’est retiré pour mieux préparer son rapport qu’il rendra au Premier ministre dans une dizaine de jours.

Absent de la délégation officielle qui a regagné le Cameroun le 25 juin dernier, le sélectionneur des Lions Indomptables est porté disparu. Si d’aucuns imputent cette absence à une guerre latente entre le technicien allemand et le Comité de normalisation de la Fécafoot ; d’autres expliquent que l’homme s’est retiré pour mieux préparer son rapport qu’il rendra au Premier ministre dans une dizaine de jours.

La dernière fois qu’il est apparu en mondovision, c’était le 23 juin 2014, précisément en conférence de presse d’après match (Cameroun-Brésil). Volker Finke, la mine défaite, avait alors tenté de justifier cette douche froide que venait d’infliger la Séleçao à ses poulains (4-0). «On a fait un match respectable, mais on a fait des erreurs de concentration et on n’a pas tenu quatre-vingt-dix minutes. On a pris notamment deux buts en perdant le ballon dans notre camp. Ce n’est pas la première fois. On prend des buts qu’on ne doit pas prendre. Ce n’est pas le moment de faire un bilan de la Coupe du monde ni même de faire le bilan du foot africain, comme ça, à chaud. Il faut se calmer et laisser redescendre les choses », avait-il confié , l’air embarrassé. Interrogé sur son avenir en sélection, l’ancien coach de Fribourg avait laissé croire par des mots à peine voilés, son envie de continuer l’aventure avec les « rois de la forêt ». « J’ai un contrat, j’ai le sentiment d’avoir fait mon travail et, ça, ce sont des choses essentielles. On est déçu de partir sans avoir gagné un match. Ça fait mal. Désormais, il faut se concentrer sur la prochaine Can au Maroc».

Mais après, le « sorcier blanc » que le public accusait d’avoir une grosse part de responsabilité dans la déconfiture des Lions, n’était pas rentré avec la délégation officielle. Depuis lors, plus de nouvelles. Où est donc passé Volker Finke ? Cette question qui fait des gorges chaudes parmi les fans de la sélection nationale fanion, n’a toujours pas trouvé de réponse. A la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), on esquive le sujet, renvoyant le reporter vers « ceux qui l’ont recruté ». Quelques rares responsables qui ont accepté de parler, renseignent que le coach allemand est actuellement en Allemagne où il prépare minutieusement son rapport qu’il déposera le 08 juillet prochain devant la Commission d’enquête mise sur pied par Yang Philémon sur hautes instructions de Paul Biya, le président de la République. « Il (Finke) est conscient qu’il est l’un des grands responsables de cette participation déshonorante des Lions. C’est pourquoi il doit s’assurer de produire des arguments solides capables de situer clairement le niveau d’implication du groupe qui lui a été confié depuis un an», explique un membre de la Commission d’homologation et de discipline de la Fécafoot.

Rapports tendus

Cette thèse est battue en brèches par certaines langues au ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep), qui révèlent que le patron du banc de touche camerounais aurait reçu des pressions au lendemain de cette déconfiture en terre brésilienne. Pressions relatives au choix de certains joueurs «qui ont foutu la pagaille dans la tanière». D’autres brandissent comme arguments, des rapports tendus entre l’encadrement technique des Lions et le Comité de normalisation de la Fécafoot. Toutes choses qui ont poussé Volker Finke à attendre à Vitoria, le temps de digérer cette (prétendue) humiliation de l’organe transitoire. Ce dernier qui l’a pourtant soutenu à la veille de ce Mondial ; jurant que le technicien préféré à Jean Paul Akono malade, était l’homme de la situation. Seulement, le miracle ne s’est pas produit sur le terrain. Finke a déçu. Il est resté muet comme une carpe, et scotché sur son banc de touche comme une momie, pendant que ses joueurs se faisaient massacrer sur le terrain.

Echecs et compromissions

Attitude qui donne raison à l’ambassadeur itinérant Roger Milla, qui avait vu juste en demandant son limogeage sans façon avant la Coupe du monde, au motif bien justifié que cet Allemand n’était pas à la hauteur. Or, en s’engageant avec le Cameroun en 2013 pour deux saisons, le vieil homme s’imaginait-il vivre un tel calvaire? Appelé pour redorer le blason des Lions privés des deux dernières Coupes d’Afrique des nations, le technicien allemand avait réussi son pari de les qualifier pour la Coupe du monde au Brésil. Mais la suite a été un véritable enfer. Entre hésitations, instabilité tactique, échecs, revers et compromissions, Finke a pris une véritable claque lors de l’humiliation subie contre la Croatie (0-4). Une déroute ponctuée par l’incroyable prise de bec entre Assou-Ekotto et Moukandjo qui a fini par l’achever. Ce qui fait dire à la presse qu’il est mentalement au bord de la rupture.

Critiqué en interne, conspué par certains et soutenu par d’autres, l’Allemand aurait d’ailleurs vu certains de ses joueurs lui exprimer le fond de leurs pensées. Samuel Eto’o en premier. Le capitaine des Lions en boudant les stages et brillant par son absence aux séances d’entraînement, avait même fini par afficher en public qu’il ne portait pas le pauvre sorcier blanc dans son cœur. Lié à la Fécafoot jusqu’en 2015, Finke aura-t-il la force d’honorer son contrat jusqu’à son terme ? Pour le moment, rien n’est moins sûr. Toujours est-il que le sélectionneur reste introuvable. Et même s’il retournait au pays le 8 juillet comme le claironnent certains, échappera-t-il aux syndromes de l’après-Mondial dont sont victimes tous les sélectionneurs de l’équipe nationale fanion ? Just wait.

 

 

camernews-volker-finke-cam

camernews-volker-finke-cam