camernews-ananans-bafia-cameroun

Agrobusiness: Une niche de produits à labelliser à l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle

Agrobusiness: Une niche de produits à labelliser à l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle

La valorisation de l’origine géographique des produits de la terre est devenue une réalité au sein de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) depuis 2013. Le Cameroun, qui compte parmi les bénéficiaires apparait comme une référence avec une variété de produits agropastoraux.

D’après Le Quotidien de l’économie en kiosque le mardi 13 septembre 2016, l’OAPI affiche 19 produits sur l’index des produits par pays retenu à l’occasion de la première édition de la foire des produits dont la qualité est liée à leur origine géographique. Dans ce tableau de valeur, le Cameroun se hisse au premier rang avec 11  produits agropastoraux labellisés au 10 septembre 2016, suivi de la Côte d’Ivoire avec trois, le Gabon deux, tandis que le Niger, la Guinée  et  le Bénin ferment la marche avec un produit chacun dans l’index OAPI à partir de l’indication géographique (IG).

Le journal relève que d’après ce tableau, le pays dispose d’un vivier de produits tant dans le domaine de l’agriculture que de ceux de l’élevage et de la transformation. Selon l’organe en charge de la propriété intellectuelle, ces produits qui sont source de valeur ajoutée devraient être développés. C’est le cas, par exemple, du poivre de Penja, labellisé par l’OAPI le 10 septembre 2013. D’ailleurs à ce sujet, Paulin EDOU EDOU, le Directeur Général de ladite structure relève l’incidence de l’origine Cameroun apposée sur ce poivre. «Vendu à moins de 4 000 FCFA le kilo, après la labellisation, le produit est vendu aujourd’hui à environ 16 000 FCFA, voire plus», peut-on lire.

Au cours de la même année 2013, le miel blanc de la localité d’OKU, issu de la forêt protégée de Kilum-Ijim, sur les flancs du Mont Oku, est aussi apprécié à travers le monde. Selon les experts de l’OAPI, il y a un fort potentiel à exploiter en ce qui concerne le café arabica produit à Njinikon, à Tonga et à Ngoumou. Dans le même registre, on peut citer l’ananas de Bafia dont la teneur en sucre, de l’ordre de 13%, lui confère une saveur agréable.

Dans cette liste de produit qui attend d’être labellisée, l’on peut aussi noter la présence de l’avocat de Mbouda, l’oignon de Tignère qui comporterait un antioxydant qui fluidifie le sang, permet d’éviter la prolifération des bactéries et prévient des maladies cardiovasculaires. Ladite liste n’étant pas exhaustive.

camernews-ananans-bafia-cameroun

camernews-ananans-bafia-cameroun