Afrique – Centrafrique: Le garde du corps de l’ancienne Présidente Catherine Samba-Panza et quatre autres personnes tuées dans de nouvelles violences à Bangui

La localité de KM 5 à Bangui a été une fois de plus le théâtre d’actes de barbarie.

Le commandant de l’armée, Marcel Mombéka, a été tué mardi matin au KM 5 par des hommes armés non identifiés informe Centrafrique Presse. Le commandant a été tué alors qu’il faisait des courses au KM 5 avec sa femme, son fils et sa petite sœur. D’après une source citée par le journal, le commandant était descendu du véhicule pour faire des achats. «Celui qui lui a tiré dessus l’a salué avant de commettre son forfait».

Le Ministre centrafricain de la Sécurité publique, Jean-Serge Bokassa, a dénoncé des «actes visant à déstabiliser la nation». Le Ministre a indiqué que les auteurs ne resteraient pas impunis. La MINUSCA (Mission des Nations Unies en Centrafrique) a également condamné l’assassinat, ajoutant qu’elle contribuerait à l’enquête ouverte par les autorités centrafricaines.

Dans la même journée de mardi, trois hommes peuls qui faisaient paître leur bétail devant l’abattoir de Bangui, dans le 6e arrondissement, ont été tués «en représailles» par des hommes non encore identifiés. De même, «un jeune homme musulman qui avait quitté le quartier PK5 pour trouver sa femme», a été tué chemin faisant.

Depuis le coup d’État de 2013 qui a vu le départ de François Bozizé, la République centrafricaine est secouée par des violences intercommunautaires. Le 20 juillet dernier, seize autres personnes avaient été tuées et une vingtaine blessée dans le nord de la Centrafrique dans des affrontements opposant des groupes d’éleveurs peuls à des hommes armés issus de l’ex-rébellion Séléka, avait fait savoir la gendarmerie centrafricaine dans un communiqué.