camernews-Guerandi-Mbara

AFFAIRE GUÉRANDI MBARA. N’OUBLIONS PAS QUE LA JUSTICE N’A NI DE RACE NI DE PAYS NI D’ETHNIE

AFFAIRE GUÉRANDI MBARA. N’OUBLIONS PAS QUE LA JUSTICE N’A NI DE RACE NI DE PAYS NI D’ETHNIE

Depuis le samedi 13 septembre 2014, l’annonce sur RFI du kidnapping et de l’assassinat du docteur Guérandi Mbara Goulongo par des Services spéciaux camerounais a troublé et irrité beaucoup de personnes ici et là dans le monde, et depuis lors, un nuage opaque s’est fait autour de cette affaire.

Que le docteur Guérandi Mbara ait été effectivement assassiné ou qu’il soit encore vivant détenu quelque part, l’on est en voie de croire que sur cette affaire, la noble courageuse et admirable société des défendeurs de la justice et des droits humains est en passe de faillir à sa mission.

A l’ébruitement de cette affaire, des voix venant des individus et personnes morales massivement s’étaient levées les unes pour condamner l’acte, les autres pour exiger l’ouverture d’enquêtes, et d’autres tout simplement pour manifester leur indignation.

Mais il convient de rappeler qu’à côté de ces masses océaniques qui s’étaient levées et avaient demandé que lumière soit faite sur l’affaire, quelques esprits aveugles et rétrogrades aux considérations diversement dilatoires et attentatoires de la diaspora et du Cameroun n’avaient pas hésité de prendre la défense de l’Etat camerounais soupçonné du crime.

Je voudrais rappeler que ceux qui ont trouvé mille et une raisons pour blâmer, accuser et enfoncer la victime tout en donnant raison à l’accusé, se sont mis très dangereusement en erreur. Guérandi Mbara depuis quelques années n’était plus un sujet aux allures de militaire putschiste revanchard, et je pèse mes mots.

Et s’il s’avérait même par hasard qu’il préparait une rébellion ou un coup d’Etat, aurait-ce été une raison pour l’éliminer physiquement de façon extrajudiciaire dans un Etat qui se dit de droit et doté d’institutions juridiques assez fortes ?

Devant les justes, devant les vrais défenseurs de la Justice, la Justice n’a qu’un seul moule pour tous. J’ai plutôt bien peur que ceux qui aujourd’hui autour de cette affaire tiennent un langage boiteux et chevrotant ne se réveillent demain bien ficelés par des injustices issues des mêmes faux moules qu’ils soulèvent et célèbrent.

Ceux qui ne veulent rien faire pour cette affaire se disent que ce n’est pas leur affaire. D’autres se disent qu’ils ne seront jamais Guérandi et qu’un tel sort ne sera jamais le leur. D’autres croient qu’il était un entêté et qu’il a payé pour son entêtement.

Mais quelle cécité ! Mes frères et sœurs, mes semblables, c’est faux. Tout ordre inique, diabolique et despotique est aveugle ; il frappe qui il veut quand il veut. Seul un ordre social juste garantit la sécurité, la paix et le bonheur de tous et de toutes.

Que Guérandi Mbara soit mort ou encore vivant détenu quelque part, il faut déjà avouer que l’injustice, l’arbitraire et le crime ont été déjà perpétré à son endroit et que nous ne faisons pas encore assez pour lui, pour nous-mêmes et pour la postérité.

Les défendeurs des droits humains et de la justice –où qu’ils se trouvent et informés sur cette affaire –ne doivent pas faillir à leur mission. Et n’oublions pas que la justice n’a ni de race ni de pays ni d’ethnie.

 

camernews-Guerandi-Mbara

camernews-Guerandi-Mbara