Acquisition d’avions chinois: l’affrontement entre opposition et majorité sur des présumées «retro commissions », vire au psychodrame

Le gouvernement camerounais a procédé ce mardi, à la réception de deux avions MA-60  chinois, pour ce compte de la compagnie nationale aérienne, Camair-Co.
La polémique, qui tourne autour du coût de l’acquisition de ces 2 avions MA-60  de fabrication chinoise, vire au psychodrame national depuis plusieurs semaines.Les deux engins volants, objet d’un prêt entre l’Etat du Cameroun et la Eximbank of China, ont coûté au trésor public, la somme de 34, 4 milliards Fcfa. Tandis qu’au Congo voisin, les mêmes avions, ont été achetés 25 milliards Fcfa en moins.

Du coup, l’opposition parlementaire exige une enquête  enquête pour ce qui semble avoir fait l’objet de rétrocommissions, «il est évident qu’il y a eu des rétro commissions dans cette affaire. Je connais le prix de ces avions, c’est une usine que j’ai visitée et ces avions coûtent environ 4,5 milliards Fcfa l’unité, soit 9 milliards Fcfa les deux. Même si vous avez des packages de pièces détachées, vous arriverez autour de 12 à 13 milliards Fcfa », a indiqué sur un plateau de télévision, le député et vice-président du Sdf Josua Oshih, spécialiste des questions aéronautiques et initiateur d’un enquête enquête parlementaire sur le sujet.

L’opposition pense que le peuple doit connaitre ce qui s’est passé. Les députés du Sdf estiment que les projets identiques entre la Chine et le Cameroun, sont l’objet de «rétrocommissions importantes», entre les camerounais chargés de négocier et les chinois.

D’autres experts à l’instar de Hyounai Hyounai, pense que la mise en service de ces avions est un mauvais service rendu à la Camair-co, car pense-t-il, « ces avions sont de mauvaise réputation ». Leur utilisation par la compagnie nationale aérienne, fera davantage reculer le classement du Cameroun sur les normes de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci).

Selon cet expert, la sécurité civile au Cameroun est de 52% en dessous de la moyenne recommandée, fixée à 60% au moins, a-t-il rapporté dans les médias locaux.

Pour le Robert Nkili, ministre des transports qui a procédé ce mardi, à la réception officielle des 2 avions, le Cameroun a acquis les dits engins au même prix que le Congo.

« Les nouveaux avions, MA-60, qui sont utilisés par la compagnie du Congo Brazzaville, sont du même âge, de la même génération que ceux du Cameroun. Ils ont été acquis pratiquement le même mois. Et moi, j’ai les documents qui montrent les coûts. J’ai eu la possibilité de les comparer », va-t-il répondre aux journalistes à l’issue de la cérémonie, en guise de justification.

D’autres informations en notre possession, font savoir que la Camair-Co, n’avait pas exprimé le besoin d’acquérir de nouveaux avions. Leur dernier business plan, monté en 2014, ne contient pas ces 2 avions là, avons-nous appris.

A titre d’information, l’armée camerounaise dispose déjà d’un MA-60, qui compte, à cette heure, plus de 1130 heures de vol, sans incident officiellement déclaré.