La Communauté urbaine de Douala envisage un jumelage avec la ville de Sfax en Tunisie

Le protocole de jumelage devrait être signé incessamment par Fritz Ntone Ntone et Mabrouk Ksontini, président de la délégation de Sfax

 

La capitale économique du Cameroun compte s’associer avec la deuxième ville de Tunisie, a-t-on appris hier, jeudi 05 mai 2016, lors de la restitution du bilan de la mission de prospection multisectorielle effectuée par une délégation d’hommes d’affaires tunisiens au Cameroun, du 04 au 07 avril dernier.

Dans ce sens, il a été indiqué qu’un protocole de jumelage entre la communauté urbaine de Douala et la ville de Sfax a été élaboré et sera signé incessamment par Fritz Ntone Ntone, président du conseil de la communauté urbaine de Douala et Mabrouk Ksontini, président de la délégation spéciale de Sfax.

La rencontre d’évaluation tenue hier, au siège du Centre de promotion des exportations de la Tunisie (Cepex) a été organisée par Monia Saidi et Adnen Bouassida, respectivement présidente et vice-président de la Conect International, Bassem Loukil, président de Tunisia Africa Business Council (TABC), Ameur Abdennadher (vice-président de l’UPMI), et l’ambassadeur du Cameroun a Tunis. Elle était animée par M. Anis (SG de TABC).

La délégation qui s’est rendue au Cameroun en avril était composée de 35 hommes d’affaires tunisiens répartis dans plusieurs secteurs: les industries plastiques, l’industrie électrique, l’agro-alimentaire, l’industrie mécanique et métallurgique, l’enseignement supérieur, la santé, la télécommunication, les services financiers, le commerce international, le conseil et la formation ainsi que les matériaux de construction.

En marge de cette mission, deux forums économiques ont été organisés, un forum le lundi 4 avril à Yaoundé, la capitale politique du pays, co-présidé par le ministre du Commerce du Cameroun, Luc Magloire Mbarga Atangana, et un forum le mercredi 6 avril à Douala, la capitale économique, co-présidé par le président de la Chambre de Commerce, d’Industrie des Mines et de l’Artisanat au Cameroun (CCIMA), Christophe Eken et le président du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), Protais Ayangma Amang.

Au programme de cette mission, des rencontres de haut niveau avec les ministres et les cadres supérieurs de l’administration camerounaise ainsi que des rencontres avec les hommes d’affaires locaux et des visites institutionnels et d’entreprises ont été effectuées.

 

Constats sur le terrain
Le secteur industriel camerounais est presque vierge, a souligné Adnen Bouassida, vice-président de la Conect International.Alors, parmi les secteurs évoqués par ce dernier: les industries extractives, les industries métallurgiques, les industries chimiques, les industries alimentaires et agro-industries, les industries de matériaux de construction…

Toutefois, M. Bouassida n’a pas manqué d’attirer l’attention sur certains problèmes à la fois internes et externes au Cameroun. Au chapitre des problèmes internes, il a cité l’insuffisance ou le caractère étroit du marché intérieur du Cameroun, l’insuffisance de capitaux, l’absence d’une main-d’œuvre qualifiée; quant aux problèmes externes, ils sont en grande partie liés à l’héritage colonial du pays (allemand, anglais et français…).

Nonobstant ces difficultés qu’on peut trouver dans plusieurs pays africains, le vice-président de la Conect International estime que le Cameroun peut constituer un bon choix pour les opérateurs tunisiens, par sa position géographique stratégique – le pays se situe entre l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest.

Opportunités d’affaires
La délégation tunisienne a été accueillie par une demi-dizaine de ministres camerounais dans le cadre de réunions de travail: Jean Claude Mbwentchou, ministre de l’Habitat et du Développement urbain;Emmanuel Bonde, ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique; Essimi Menye, ministre de l’Agriculture et du Développement rural; Andre Mama Fouda, ministre de la Santé publique;Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur.

Au cours de cette mission de prospection, CONECT International a signé une convention de partenariat avec le mouvement patronal camerounais dédié à la défense des intérêts des petites et moyennes entreprises (ECAM). Une pré-convention a également été signée entre CONECT International et la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA).

Les rencontres BtoB ont également attiré beaucoup de chefs d’entreprise camerounais, ce qui laisse présager plusieurs partenariats dans le futur entre entreprises tunisiennes et camerounaises. C’est dans ce cadre que les organisateurs ont engagé un consultant, pour assurer le suivi avec chaque participant des contacts établis et faire aboutir ces projets de partenariats.