Cameroun – Attaque du camp militaire de Wum , Paul Biya offre 500 000 FCFA à 3 des 4 militaires blessés

Le quatrième militaire n’a pas reçu de récompense parce qu’il est suspecté d’avoir fourni l’arme du crime à son compagnon.

Suite à l’altercation entre les populations et les militaires de la base nouvellement installée dans la localité de Wum, dans la région du Nord-Ouest, le Président de la République a dépêché une délégation interministérielle dans la matinée du 27 janvier 2016, au chevet des blessés. Joseph Beti Assomo et René Emmanuel Sadi respectivement Ministre de la Défense et Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, ont porté aux populations et aux militaires le message de paix du Président de la République.

«Une enveloppe de 500 000 FCFA a été remise à trois des 4 blessés. L’un des soldats blessé n’a pas reçu cette récompense du Chef de l’Etat. Il est accusé d’avoir remis le poignard à son compagnon pour le forfait» nous apprennent les colonnes du journal La Nouvelle Expression paru ce vendredi 29 janvier 2016.

Le Caporal Mvondo Athanase et les soldats de deuxième classe Dim Bang Bertrand, Tchingnaba Jean Bosco et Abessolo Ozie sont les 4 militaires blessés. René Emmanuel Sadi a évoqué «toute la sympathie du chef de l’Etat à l’endroit du défunt» mais aussi et surtout, sa «désapprobation face au non respect de la vie humaine».

En effet, la mort de Léonard Ngong conducteur de moto taxi, après une vive altercation avec PierreGaetan Akame Nkoo dans un bar de la place, a poussé la population a saccager les locaux de la base militaire de Wum le 24 janvier 2016. Le bilan: un mort, plusieurs blessés et des voitures de l’armée incendiées. «Le Caporal Pierre Gaetan Akame Nkoo et le défunt Léonard Ngong ne s’entendaient pas au sujet d’une femme», livre les témoignages, une femme encore inconnue de tous.