Lendemain de fête: On travaille malgré tout

Dans les bureaux, la majorité des travailleurs a répondu présent dans les administrations hier à Yaoundé. La mine enjouée, Véronique M. assise sur son fauteuil parcourt un journal. Elle doit faire une synthèse des informations parues à sa hiérarchie après le long week-end. Au bureau depuis 8h30, la jeune dame en service à la cellule de communication du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique n’est pas à sa première tâche de la journée. Un usager visiblement inquiet est vite rassuré non loin. Il a rendez-vous avec le chef de cellule, apprend-on « Elle est en séance de travail avec le ministre et revient dans quelques instants le temps de se rendre à un conseil d’administration. Malgré la course contre la montre, elle vous recevra », indique une autre collaboratrice. Trente minutes après, l’usager est reçu au pas de course et le rendez-vous est pris pour le lendemain (ce jour : Ndlr) par le chef de cellule. « Nous avons eu un long week-end qui nous a permis de nous reposer. Tout le monde est en poste », confie la jeune dame. Dans les couloirs, les gens vont et viennent. A l’extérieur de l’Immeuble Rose, le parking est bondé de voitures. Tout à côté, des tentes sont dressées, sous lesquelles une équipe du Mincommerce continue sa vente de riz « Made in Cameroon. » L’opération a été lancée avant les fêtes, afin de permettre aux familles de s’approvisionner.

Au ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep), l’ambiance est aussi au travail. Dans les différents bureaux, chacun s’active à traiter qui un dossier, qui, à signer des parapheurs ou à donner les dernières instructions sur une action à mener. Comme dans une fourmilière, les différents collaborateurs sont en poste. « Nous avons des échéances qui approchent, le temps presse  et personne n’a droit à l’erreur. Le Secrétaire général va recevoir les compétiteurs ayant pris part à Cecifoot qui menacent de faire grève afin de répondre à leurs revendications », explique un directeur.

Dans d’autres administrations, certains employés ne pressent pas le pas. « Je ne suis pas sûr d’arriver au bureau ce matin. Je suis venue régler un problème avec mon opérateur de téléphonie mobile. Après quoi, je vais rentrer à la maison », explique une dame en service au ministère de la Communication. « La reprise est effective contrairement aux années antérieures même si certains traînent un peu le pas. Vous savez, quand on se repose longtemps, la paresse s’installe. Il y a ceux qui sont arrivés au-delà de 10 h en raison de quelques soucis », précise Jean Pierre Sama, cadre d’administration. C’est clair que l’on veut boucler des dossiers avant la Saint-Sylvestre, le 31 décembre prochain. En attendant l’autre long week-end qui s’annonce.