Cameroun – Corruption: Issa Tchiroma confirme l’existence de la corruption dans la police

Il note 52 cas de révocation dans le corps de la police et plusieurs sanctions qui ont frappé des responsables.

Tout en confirmant les pratiques de corruption au sein du corps de la police, Issa Tchiroma Bakary, Ministre de la Communication (MINCOM) , conteste le rapport d’Amnesty International qui classait la police dans les corps de métiers les plus corrompus. Pour lui, le rapport de la Commission Nationale Anti Corruption (CONAC) est plus fiable mais attend l’approbation du Président de la République pour le rendre public. Pour lui, Amnesty International a basé ses sondages sur des données erronées, car effectués auprès des personnes «qui sont en porte-à-faux avec le gouvernement» peut-on lire dans le Quotidien Emergencede ce jeudi 24 Decembre 2015.

Selon le MINCOM, 44,393 milliards de FCFA de mise en débet on déjà été prononcés contre les policiers auteurs d’infractions, en plus des sanctions multiples tels que les 52 cas de révocation dans le corps, les suspensions d’avancement en grade, les blâmes et les avertissements. Ce qui prouve que le gouvernement fait des efforts considérables dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Mieux encore, le MINCOM souligne le fait que d’anciens Premiers ministres et autres anciens responsables du gouvernement soient en prison pour répondre de divers faits jugés criminels. Les actions de l’Agence Nationale d’Investigation Financière (ANIF), la Commission Nationale Anti Corruption (CONAC), le Conseil de discipline budgétaire et financière (CDBF) et le Tribunal Criminel Spécial (TCS) ont été saluées au passage par le MINCOM.