Bangoua: La fête du macabo sur les rails

Les préparatifs du festival culturel de ce village du Ndé sont avancés.

Du 5 au 14 novembre 2015, se tiendra à Bangoua, un groupement de 20.000 habitants dans le Ndé, la 65ème édition de la « fête du macabo». Le décor de ce festival culturel,le plus ancien de la région de l’Ouest après le Ngouon des Bamoun, a été planté le mercredi 30 septembre 2015 dans la cour de la chefferie, par Fô Annick Julio Tchatchouang, chef de ce groupement, qui a profité de la visite de travail de Christine Robichon, ambassadrice de France, dans son royaume, pour fixer les contours des festivités.

Pour cette édition, la troisième depuis l’accession au trône de Fô Tachatchouang, il est prévu l’inauguration de trois grands chantiers : le musée communautaire, la mutuelle communautaire de croissance (Mc²) et le projet d’adduction d’eau potable. Sur d’autres plans, les dix jours du festival seront meublés par des activités sportives, des conférences, des visites guidées des nombreux sites touristiques du village, un comice agropastoral et surtout un concert de musique donné par Rigobert Samo et Kajero, tous des fils du terroir.

La « fête du macabo » commémore le retour d’un exil de 18 ans du chef Nono Tchoutouo, qui avait été déporté à Dschang pour son hostilité à la pénétration coloniale. En témoignage du soutien que son peuple lui apporta dans la douleur de la séparation et du rôle singulier de ce féculent dans l’alimentation de cette période pour les siens.

Elle marque le retour triomphal auprès de ses ancêtres en 1948, de ce chef germanophile au long règne, 103 ans, 133 femmes originaires de 15 villages Bamiléké, que les colons français éloignèrent de 1931 à 1948 d’un village qu’il a immensément agrandi. L’histoire retient de lui ses ongles de la main droite qui atteignaient parfois 20 cm de long mais surtout sa détermination à assurer le développement.

Depuis lors, cette fête s’est muée en un espace d’échanges et de dialogue culturel et ambitionne d’ouvrir le village sur le développement durable. Elle a attiré plus de 1000 touristes en 2011.

Les participants découvriront un guide de destination des chefferies traditionnelles du Ndé, le beau livre de Debangoua Tchatchouang, « A la gloire de nos rois ».