camernews-zambo

Zambo Foé : au nom du père qu’il n’a pas connu

Zambo Foé : au nom du père qu’il n’a pas connu

Quand on le regarde, il n’est pas évident de voir des traits de ressemblance avec Marc Vivien Foé, de regrettée mémoire. Pourtant, c’est bien le sang de l’ancien Lion Indomptable qui coule dans les veines de Jean Donald Zambo Foé, son fils. « Je ne sais pas grand-chose de mon père dit-il, parce qu’il est décédé j’étais tout petit. Je ne l’ai pas connu. Mais je sais au moins qu’il avait un talent fou et qu’il était l’un des meilleurs joueurs au monde ».

Etre comme son père, « l’un des meilleurs au monde », tel est l’un des objectifs que Jean Donald (20 ans) s’est fixé.

Foé 17

Quand il parle de son père, c’est sujet, verve, compliments. « Lorsque je regarde ses vidéos, j’ai les larmes aux yeux. Il était très fort. Un joueur fantastique qui faisait du ballon ce qu’il voulait. Il avait un talent pur et un vrai cœur d’indomptable ». Or s’il ne sait pas grand-chose de l’ancien Lion parce que « maman ne veut pas m’en dire plus », Jean Donald se pose régulièrement la question : « qui était mon père ? ». Pour le moment, c’est avec les vidéos de ses matchs qu’il se console, et s’en inspire. « J’essaie de copier ses gestes, ses débordements, son style, son implication dans le jeu et même son comportement », dit-il. Actuellement en essai à Panellinios, en D1 du Canada, Jean Donald a à cœur de faire revivre son paternel à travers lui. Ses aspirations : grandir et devenir un grand joueur, se faire remarquer et faire parler de lui à travers le monde de par son talent, intégrer un jour la sélection nationale fanion du Cameroun où il compte s’accaparer le maillot au dossard 17. « Mon vœux le plus cher, c’est de jouer chez les Lions avec le numéro 17. Afin que le maillot Foé 17 refasse surface. J’estime que mon père est parti trop tôt, et j’ai l’impression que les gens l’ont vite oublié aussi », regrette-t-il.

Devenir un « Lion »

Un rêve qu’il caresse depuis l’âge de 10 ans. En 2007 en effet, il s’inscrit chez les minimes de Volcan FC, club de division régionale dans le Centre. Deux ans plus tard, il intègre tour à tour Espoir FC et Obala FC. Doté de bonnes qualités techniques notamment la balle aux pieds, le jeune attaquant s’illustre sur les terrains du Cameroun comme en 2013 quand il termine meilleur buteur et champion de la Coupe Orange de Mfou. C’est à cette occasion qu’il est repéré par des recruteurs canadiens. Jean Donald qui a refusé de répondre à une convocation chez les Lions U20 en raison de problèmes familiaux, passe par Brossard, Sherbrooke et Panellinios. En ce mois d’octobre il devrait également passer des tests chez les U23 du club Impact Montréal. En contact avec Strasbourg qui souhaiterait que le jeune camerounais de 19 ans murisse d’avantage avant un possible dialogue, Jean Donald sait que s’il continue de travailler dure, il pourra réaliser ses rêves.

 

camernews-zambo

camernews-zambo