camernews-Yaounde-Sangmelima

Yaoundé, ville forêt

Yaoundé, ville forêt

Y a-t-il un délégué du gouvernement dans la ville de Yaoundé ? En tout cas celui en place et qu’une certaine opinion a baptisé à tort ou à raison Jack Bauer ou encore Tsimi «taureau» a décidé de faire de la casse, de la chasse aux marchands à la sauvette et aux mototaximen, ses chevaux de bataille. Beaucoup notent aussi son sens des affaires qui a déjà transformé plusieurs espaces publiques de la capitale en boutiques, centres commerciaux et autres restaurants bon chic bon genre.

Et pourtant dans cet élan de sortir Yaoundé l’ornière, le super maire de Yaoundé a omis de débarrasser sa ville, de ses derniers bouts de forêt dense. Les amateurs de viande de brousse nombreux dans la cité ne savent peut-être qu’en plein centre-ville et à un pas de l’immeuble de la mort ressuscité par la Caisse nationale de prévoyance sociale, on peut encore chasser des rats palmistes et autres rongeurs très prisés par les gourmets.

Si ici, ils peuvent avoir face à la concurrence de quidams qui ont allègrement cultivé des bananes plantains, ils peuvent toujours aller à la chasse dans la vallée de Djoungolo qui fait face à l’immeuble Maetur et qui est occupée par une broussaille où peuvent des mois durant se cacher, entre les serpents et autres canards d’eau, des membres de Boko Haram et des bandits de tous poils. Aux alentours de la gare voyageurs de Yaoundé, on peut observer une broussaille qui pourrait fournir pendant de longues semaines du fourrage au cheptel camerounais.

Mais le visiteur de la ville capitale en quête de verts pâturages n’est au bout de ses surprises. Un tour à la vallée de la mort qui abrite pourtant les résidences de ministres, parlementaires, officiers généraux, la Dgre, l’Enam, il est servi par une abondante forêt. Ici, non loin du palais des verres de Ngoa-Ekelle, un commerce  prospère de vin de palme cueilli sur place a même-lieu. Et pourtant, ce n’est pas le meilleur tableau des espaces verts sauvages qui fleurissent à Yaoundé.

Pour s’en convaincre, il suffit d’entreprendre une visite aux alentours de la présidence de la République. Comme pour prouver que son illustre locataire est issu d’un village situé dans la jungle qui longe de Dja et la Lobo.

 

 

camernews-Yaounde-Sangmelima

camernews-Yaounde-Sangmelima