Yaoundé ville capitale, siège des institutions et des immondices à ciel ouvert

Yaoundé ville capitale, siège des institutions et des immondices à ciel ouvert

A Yaoundé, les poubelles cohabitent avec les personnes. Elles jonchent les rues. Les bacs à ordures pleins, font partie du quotidien des camerounais. Cela ne surprend plus personne. Les pauvres mangent parfois à côté ou dans les poubelles. Il est fréquent de trouver des revendeuses du marché, installées près des poubelles. Vendant des marchandises envahies par les mouches et les asticots.

Exposant les acheteurs aux maladies diverses. Les pauvres sont les plus exposés. Des marchés entiers sont envahis par des poubelles. Où, l’on achète par exemple tout type de fruits. Des légumes. De la viande et du poisson.

Cette situation, ne trouble pas la tranquillité des responsables de la société en charge de l’hygiène et la salubrité au Cameroun Rechercher Cameroun (Hysacam). L’entreprise, a fait savoir au public, qu’elle avait une stratégie cohérente de ramassage des ordures ménagères. Rien ne change. Dans certaines localités, le service de ramassage des ordures ménagères, n’existe pas.

Le phénomène alimente la rubrique des faits divers dans les médias locaux. Des découvertes macabres sont souvent faites dans les poubelles de Yaoundé. Les jeunes filles y jettent le fruit de leurs grossesses non désirées. L’odeur pestilentielle des fœtus empoisonne pendant des jours, la vie des riverains.

Dans ce contexte, la politique gouvernementale, en matière de protection de la nature, de l’environnement et de l’écosystème, prend un coup. Or, le pays dispose d’une pléthore de programmes de protection sociale. En faveur des couches les plus vulnérables, et plus démunies.

Le phénomène des poubelles à ciel ouvert, fait partie des menaces les plus graves, avec des conséquences sur la santé et la sécurité alimentaire.

 

 

camernews-Poubelle-Abidjan

camernews-Poubelle-Abidjan