Yaoundé: premières pluies, premiers dégâts

L’averse de la nuit jusqu’aux premières heures de la matinée d’hier, a entraîné bien des désagréments à Yaoundé.

C’est aux environs de deux heures trente hier matin, que dame pluie s’invite, pour à sa manière bercer et accompagner les habitants de la cité-capitale dans leur sommeil. Mais cette averse, désirée depuis quelques temps déjà par les populations suffoquant de chaleur, a laissé des  traces et causé quelques dégâts. Particulièrement violentes dans certains quartiers de la capitale, ses traces ont pu être observées dès le début de la journée.
Entre les quartiers Mokolo et Briqueterie au lieu dit marché de charbon, la route a été coupée par la furie des eaux. Résultat, impossible jusqu’en mi-journée, de pouvoir faire la jonction entre les deux quartiers. Il aura fallu l’intervention d’un engin des travaux publics, pour dégager les nombreux détritus et autres troncs d’arbre, en présence d’une foule de riverains désemparés. Derrière le palais des Sports, le Mfoundi, menaçant de sortir de son cours a donné quelques frayeurs aux populations. A Etoa-Meki, des habitants ont vu les toitures de leurs maisons céder face à la furie du vent, laissant deux familles dans le plus grand désarroi. Ici et là aussi, on a pu constater des lampadaires à même le sol, des poteaux électriques arrachés, etc. Dans les différents quartiers de la ville, du fait des dessertes non bitumées, la boue y a fait son nid, au grand dam des uns et des autres, rendant leur accès difficile, et obligeant les habitants à se débrouiller comme ils pouvaient. Les différents marchés de la ville ont aussi vu leurs accès rendus extrêmement difficiles, parce que transformés en véritables dépotoirs de boue et de détritus. Sans oublier la panne de courant qui a privé une grande partie de la ville de Yaoundé d’énergie électrique. Et dire que ce n’est que la deuxième ou troisième véritable averse enregistrée depuis le début de la saison des pluies.