camernews

Yaoundé : le nouveau visage du Lycée général Leclerc

Yaoundé : le nouveau visage du Lycée général Leclerc

Depuis l’arrivée de la proviseure Élisabeth Ntonga il y a deux ans, cet établissement scolaire public a véritablement retrouvé ses lettres de noblesse. Discipline, salubrité et succès sont de retour.

Tout visiteur qui arrive aujourd’hui au Lycée général Leclerc (Lgl), est tout de suite émerveillé, par l’état de propreté des lieux. Contrairement à ce qui s’observe ailleurs, il est rare de voir des bouts de papiers qui trainent ici et là. Les hautes herbes ont fait place à de somptueux espaces verts. Des arbustes sont parsemés un peu partout et offrent de l’ombre lorsqu’il fait chaud. Les murs sont régulièrement repeints et propres. Pas d’affichage sauvage.

Pour préserver l’établissement dans cette beauté, la proviseure Élisabeth Ntonga met un accent particulier sur la discipline. Les élèves se doivent de respecter certaines règles. Des règles qui vont entre autres,  de l’hygiène corporelle à la préservation de l’environnement. Ceux qui enfreignent à cette prescription sont rappelés à l’ordre. Toujours dans le cadre de la discipline, les horaires sont scrupuleusement respectés. Il n’est plus question de voir des élèves trainer dans la cour ou en dehors de l’établissement pendant les heures de cours. Les enseignants ont également leur partition à jouer et doivent faire le maximum pour couvrir leur programme. On se souvient qu’au lendemain de sa nomination, elle avait promis d’impliquer tous ses collaborateurs.

« Ce n’est pas un travail personnel, c’est un travail d’équipe. Je prends le risque de ne pas décevoir les hautes personnalités qui m’ont fait confiance en me portant à ce poste de proviseure dans un Lycée où, a été formé le président de la République Paul Biya », avait-elle alors indiqué à la presse au moment de sa nomination en 2013.

Résultat des courses, le Lgl réoccupe un rang honorable dans le classement publié chaque année par l’Office du baccalauréat. En effet, le taux de réussite aux examens officiels s’est considérablement amélioré, depuis qu’Élisabeth Ntonga, une Mvog Atemengue de la capitale, a pris les rênes de ce prestigieux établissement. La rigueur et la poigne de cette dynamique dame ne font pas seulement des heureux. Surtout qu’elle a décidé de lutter contre la corruption et la fraude dans son établissement. On ne peut que souhaiter bon vent à madame la proviseure, par ailleurs première femme à la tête du Lgl.

 

camernews

camernews