camernews-emeutes-wum-boris-bertolt

Wum: Vives altercations entre la population et des militaires suite à l’agression mortelle d’un conducteur de moto

Wum: Vives altercations entre la population et des militaires suite à l’agression mortelle d’un conducteur de moto

Le bilan non officiel fait état d’un mort, deux véhicules de l’armée incendiés, et plus de cinq blessés.

La ville de Wum, chef-lieu du département de la Menchum (Nord-Ouest), a connu une journée très mouvementée le dimanche 24 janvier 2016. Un militaire de la base nouvellement installée dans la ville aurait tué un jeune homme à coups de poignard. La pomme de discorde serait un argument sur une jeune fille.
Selon le quotidien La Nouvelle Expression en kiosque lundi 25 janvier 2016, «le militaire et le défunt Léonard Ngong se disputaient une femme. Les deux hommes étaient au moment des faits dans un bar très connu de la ville de Wum. Chef Alpha [petit nom du militaire, ndlr] aurait eu des échanges très houleux pour être en possession de la femme, et a sorti son poignard afin de mettre fin aux jours de Léonard Ngong, le conducteur de moto».
Après son forfait, le militaire se serait évanoui dans la nature. «Aux environs de 5h, les conducteurs de moto, fous de rage, vont transporter le corps pour le jeter devant le camp militaire. Les hommes en tenue en poste vont à leur tour transporter le corps du défunt pour remettre au lieu du forfait. Vers 6h30 du matin, la population plus nombreuse va se converger vers le camp militaire, et à ce moment, les militaires en poste, face à la foule, vont tirer  à  balles réelles. Dans les échanges, deux véhicules land  Cruser de l’armée seront incendiés, deux militaires tabassés sérieusement et plus de cinq blessés», rapporte le journal.
Les autorités de la région du Nord-Ouest sont immédiatement descendues sur les lieux. Le Secrétaire général de la région, Monono Absalom Woloa, représentant le gouverneur Adolphe Lele Lafrique, est descendu sur Wum avec l’état-major complet. Présent aussi, le chairman du Sdf, Ni John Fru Ndi. Selon les dernières informations recueillies par Cameroon-Info.Net, le militaire concerné a été mis aux arrêts, et des menaces de radiation des effectifs de l’armée camerounaise pèseraient sur lui. Le ministre Délégué à la présidence de la République, chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo a prescrit une enquête. Elle viendra rétablir les responsabilités des uns et des autres.
camernews-emeutes-wum-boris-bertolt

camernews-emeutes-wum-boris-bertolt