Whiskies en sachet: Vers un nouveau moratoire accordé aux producteurs

Une décision du ministre en charge de l’industrie est attendue dans les prochains jours pour fixer la nouvelle date, qui permettra aux fabricants de whiskies en sachets de migrer vers les bouteilles de verre et P&T.

Le délai de 24 mois, accordé par l’Etat du Cameroun aux producteurs de whiskies en sachet pour migrer vers un meilleur conditionnement a expiré hier mercredi 14 septembre 2016. 237online.com Un jour avant cette date butoir, c’est-à-dire le mardi 13 septembre, les entreprises évoluant dans ce secteur d’activité, conscientes qu’elles ne peuvent être prêtes le jour J, ont demandé, au cours d’une réunion au Premier ministère, une prolongation de cette échéance. Une faveur qui selon certaines indiscrétions leur a été accordée. C’est du moins ce que confie une source proche du dossier. « Au regard de tout ce qui se dit et des tractations, je peux vous dire que la décision ne prendra effet. Elle sera tout simplement repoussée à une date ultérieure », a analysé la source avant de révéler qu’un communiqué de presse du ministre des Mines, de l’industrie et du développement technologique sera rendu public dans

les prochains jours pour fixer le nouveau moratoire. Si le report du délai à une date ultérieure venait à être confirmé, ce serait une victoire pour les quatre principales sociétés du secteur des alcools distillés au Cameroun : Sofavinc (Société de Fabrication des Vins du Cameroun), African distilling company (Adic), Société camerounaise de fermentation(Fermencam) et Soprolvin dont la production de whiskies en sachets représenterait 60 à 70% du chiffre d’affaires. Bien que n’étant pas prêtes, les entreprises produisant et commercialisant les whiskies en sachet étaient disposées à se plier à la décision des autorités compétentes. C’est le cas de la Sofavinc et de la société Adic. Si cette dernière continue de travailler chaque jour pour s’arrimer à la nouvelle donne, Sofavinc s’est résigné puisque depuis deux semaines, la production et la commercialisation des sachets de whiskies sont à l’arrêt. Ceci pour ne pas avoir à la date d’échéance d’importants stocks dans les magasins. « L’arrêt la production fera un manque à gagner pour l’entreprise mais que faire quand l’Etat prend une décision ? Nous ne pouvons pas entrer dans un bras de fer », s’est résigné un cadre de l’agroalimentaire Sofavinc sous le sceau de l’anonymat. A l’en croire, même s’il est vrai que l’arrêt de la production va grignoter un tout petit peu leur chiffre d’affaires, il faut dire que les whiskies en sachet ne représente qu’une infirme partie dans les ventes. « Nous avons d’autres produits et nous allons mettre un accès particulier dessus », promet-il. Déjà très inquiètes avec l’arrêté du 12 septembre 2014 rendant obligatoire l’application de la norme des boissons spiritueuses, les entreprises productrices des whiskies en sachet doivent aussi face la Fondation camerounaise des consommateurs. Elle a récemment demandé aux patrons de ces distilleries d’arrêter la publicité en faveur de ce produit devenu illicite depuis le 12 septembre. 237online.com Ceci, conformément à la loi-cadre n° 2011/012 du 6 mai 2011 portant protection du consommateur au Cameroun. Pour démontrer leur désapprobation, les promoteurs de ces entreprises avaient boycotté la réunion du 12 septembre 2014 à laquelle ils étaient conviés. La raison étant qu’ils avaient demandé un délai de 5 ans, pour écouler les stocks disponibles. Mais le gouvernement ne leur a accordé que 2 ans.