Voici pourquoi Paul Biya a limogé deux chefs militaires à l’Extrême-Nord, région où se déroule la guerre contre Boko Haram

Comme à son habitude, Paul Biya, le chef de l’Etat du Cameroun n’a pas rendu publiques, les raisons qui l’ont amené à limoger hier lundi 25 mai, le Colonel Mbilla Ernest de ses fonctions de Commandant la quatrième région de gendarmerie basée dans la région de l’Extrême Nord

 

Comme à son habitude, Paul Biya, le chef de l’Etat du Cameroun n’a pas rendu publiques, les raisons qui l’ont amené à limoger hier lundi 25 mai, le Colonel Mbilla Ernest de ses fonctions de Commandant la quatrième région de gendarmerie basée dans la région de l’Extrême Nord et le Lieutenant-colonel Nkoumou Nkoumou Zacharie commandant le quatrième Bataillon de Commandement et de soutient militaire interarmées toujours dans la région de l’Extrême Nord.

Mais, quelques heures après la publication des décisions présidentielles, les langues ont commencé à se délier au sein de la grande muette. Des sources au sein des forces armées et police du Cameroun confient que les chefs militaires relevés de leurs fonctions sont soupçonnés d’avoir détourné des primes et une partie des fonds destinés à la ration alimentaire des soldats engagés au front dans la guerre contre le groupe terroriste Boko Haram. «C’est une histoire qui dure depuis une dizaine de mois. Les soldats ont d’abord fait circuler des plaintes de façon anonyme. Ensuite, les plus courageux ont organisé des mouvements de grogne que leurs supérieurs hiérarchiques ont vite fait d’étouffer. Mis au parfum, le Chef de l’Etat qui est aussi chef suprême des armés, a ordonné l’ouverture d’une enquête. Ce sont les résultats de cette enquête qui ont amené le président de la République à prendre des décisions qui ont été publiées hier» explique une source au ministère de la défense.

Avant les sanctions prises hier contre le Colonel Mbilla Ernest et le Lieutenant-colonel Nkoumou Nkoumou Zacharie, Paul Biya avait déjà limogé il y a moins de deux semaines, précisément le 12 mai 2015, le Colonel Martin Claude Owona, Commandant de la Base aérienne 101 de Yaoundé. Ce dernier est soupçonné d’avoir détourné des dons destinés aux militaires engagés dans la guerre contre Boko Haram.

Le Colonel Martin Claude Owona, le Colonel Mbilla Ernest et le Lieutenant-colonel Nkoumou Nkoumou Zacharie, les trois officiers supérieurs de l’armée camerounaise relevés de leurs fonctions avaient été installés il ya seulement deux mois dans les postes de commandement qu’ils ont perdu respectivement le 12 et 25 mai 2015.

In fine, Paul Biya est désormais engagé sur deux fronts: en plus de coordonner la guerre contre Boko Haram, le super général de l’armée camerounaise doit également mener la guerre contre ses propres hommes en tenues qui prennent des libertés avec les deniers publics et les dons de la population destinés à encourager les militaires et les populations victimes des exactions des insurgés de la secte islamiste d’origine nigériane.