camernews-Vincent-Bollore

Vincent Bolloré : «il n’y pas de raison que le Nigeria soit l’unique à faire des contenus»

Vincent Bolloré : «il n’y pas de raison que le Nigeria soit l’unique à faire des contenus»

Ce qui m’amène ici aujourd’hui, c’est la rencontre avec un grand groupe : Vivendi. Son président, monsieur Arnaud de Puyfontaine et l’équipe du directoire viennent pour la première fois au Cameroun, j’allais presque dire, pour la première fois en Afrique. Je les ai convaincus que c’était ici et maintenant qu’il fallait apporter leur savoir.

Vivendi est un des premiers groupes des médias dans le monde. C’est notamment le propriétaire de Universal Music, numéro un mondial de la musique avec les Beatles, les Rolling Stones, mais aussi Katy Péri, Justin Bieber, Rihanna, des noms qui parlent aux jeunes et aux moins jeunes. C’est aussi l’immense groupe Canal qui est très présent au Cameroun, et qui a plus de 150 ou 200 000 abonnés. C’est aussi Telecom en Italie, c’est aussi Dailymotion, la deuxième plateforme du monde. Bref, c’est un groupe important.

Ce que nous avons fait aujourd’hui, ce n’est pas seulement la première salle ultra moderne de cinéma en Afrique. Quand on regarde l’Afrique subsaharienne et qu’on se demande combien il y a des salles de cinéma, on s’aperçoit avec terreur qu’il n’y en que quelques-unes, et pratiquement pas. Et donc, vous avez ici la première salle de cinéma qui a été installée à Yaoundé, avec des technologies ultramodernes. Mais ce n’est pas qu’une salle de cinéma. Ce n’est pas que non plus une salle de spectacles.

Cette salle fait à la fois cinéma, mais aussi spectacles à l’extérieur. Près de 10 mille personnes peuvent assister à des concerts. L’objectif, c’est bien entendu, autre chose. Et le chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya, quand il me fait l’honneur de me recevoir pour parler des développements du groupe, et dès qu’il a su que notre Groupe commençait à s’intéresser à prendre des fonctions dans Vivendi, m’a dit son intérêt pour la jeunesse et le progrès social. Et aujourd’hui, le progrès de cette jeunesse, c’est non seulement d’avoir accès aux dernières technologies, au son de type stéréo, aux films qui sont envoyés en numérique et qui vont leur permettre d’avoir bien sûr en avant-première ou en première des films qui se passent au même moment à Los Angeles ou à Tokyo ; mais c’est surtout de trouver des talents camerounais, pour leur permettre d’être connus dans le monde entier. Il existe ici, des talents multiples, des futurs grands acteurs ou actrices, des écrivains, des gens qui sont capables de filmer des séries.

Les  contenus, les médias, c’est sans doute l’industrie du prochain millénaire. Et grâce à internet, c’est un accès extraordinaire à des contenus. Mais ces contenus doivent aussi venir de l’Afrique. Et il n’y pas de raison que notre charmant voisin, le Nigeria, soit l’unique à faire des contenus. Et c‘est pour ça qu’ici aujourd’hui, le véritable objectif lancé par son excellence le chef de l’Etat, le premier ministre, l’ensemble des ministres, le recteur, c’est bien de demander aux étudiants et à ceux qui le veulent d’être capables de présenter leurs talents, de voir avec Vivendi comment progresser.

Il y a un studio d’enregistrement qui va essayer de faire connaitre les talents dans le monde entier avec Canal, avec Dailymotion, peutêtre de passer à la salle Olympia qui est la première salle la plus importante en France, où tous les artistes viennent ; ou à Londres où on voit les Beatles marcher devant l’enregistrement de leur plus grand succès ; ou au Capitole à Los Angeles. Le Groupe Vivendi, c’est ça. Je pense que Camwood ou Camiwood, je ne sais quel nom on adoptera, mais il faut que cette industrie des contenus, de la connaissance, de l’émerveillement, de la distraction, mais aussi de l’éducation, vienne ici.

 

camernews-Vincent-Bollore

camernews-Vincent-Bollore