Vidéo – Le Cameroun tel qu’il était présenté par les colons en 1950.

C’étaient les français qui ont appliqué leur système colonial d’assimilation à leur partie du Cameroun. La scolarisation se faisait exclusivement en langue française. Ainsi il était strictement interdit d’employer les langues locales. En même temps on voulait effacer toute trace de la langue allemande.

Au Journal officiel de l’Etat du Cameroun on pouvait lire en 1924 le suivant:

« La langue française est la seule en usage dans les écoles. Il est interdit aux maîtres de se servir avec leurs élèves des idiomes du pays. » Pour être reconnues même les écoles privées devaient obligatoirement dispenser l’instruction en français. C’était au mécontentement de la mission protestante américaine qui devait substituer la langue d’alphabétisation boulou en faveur du français en donnant tous les cours dans la langue de la puissance mandataire. Cette attitude autoritaire était clairement exprimée dans la lettre circulaire gouvernementale du 8 décembre 1921:

« … Nulle école ne peut fonctionner si l’enseignement n’y est donné en français. Cette disposition n’a pas besoin de justification. Entre les indigènes et nous, n’existera un lien solide que par l’initiation des indigènes à notre langue. … »

Par conséquent le haut-commissaire de la République française et ses collaborateurs veillaient à la stricte observation de l’emploi de la langue française dans tous les domaines de l’instruction publique et privée. Tandis que les planteurs allemands pouvait retourner en 1922, ils furent internés le jour de l’éclatement de la guerre de 1939 et leurs plantations furent nouvellement confisquées. Avec la conquête allemande de la France en mai/juin 1940, laissant inoccupé le sud-est de la France, qui s’appelait dorénavant Etat français/France de Vichy, le mandat français du Cameroun respectait le gouvernement de Vichy.

Mais c’étaient les émissaires de la France libre du général de Gaulle les officiers Leclerc et Boislambert qui convainquèrent le haut-commissare du régime vichyste de changer le camp en faveur de la France libre en août 1940. En 1946 le statut du Cameroun administré par la France comme mandat de la Société des Nations est remplacé par le statut de territoire sous tutelle sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies. En 1948 l’Union des Populations du Cameroun (UPC) fut créé comme premier formation politique du Cameroun. En 1957 le Cameroun reçoit une autonomie partielle et deux ans plus tard l’autonomie totale et finalement l’indépendance le premier janvier 1960. Pendant toute la période de mandat de la SDN et de territoire sous tutelle des Nations Unies (ONU) le système de francisation, c’est à dire de francophonisation par l’école, reste inchangé.

Source