camernews

Victoire importante : l’armée Nigériane fait reculer Boko Haram

Victoire importante : l’armée Nigériane fait reculer Boko Haram

La ville de Gamboru Ngala, frontalière du Cameroun, a été reprise aux insurgés islamiste par les soldats de l’armée du Nigeria.

«L’armée nigériane a repris aujourd’hui le nœud économique et stratégique de Gamboru Ngala au groupe terroriste Boko Haram», a affirmé dans un communiqué le porte-parole de l’armée, le colonel Sani Kukasheka Usman. «Après cette victoire, les troupes sont occupées à sécuriser la ville et mettre en place des patrouilles», a ajouté le communiqué de l’état-major de l’armée, sans apporter aucun autre détail.

Des résidents de la ville jumelle camerounaise de Fotokol, seulement séparée de Gamboru Ngala par un long pont, ont confirmé une intervention militaire nigériane. Un chasseur-bombardier de l’armée de l’air nigériane a largué au moins six bombes sur des positions indéterminées à Gamboru Ngala lundi après-midi, ont indiqué des habitants de Fotokol. «Ce ne serait pas une surprise si les troupes nigérianes avaient repris Gamboru, après les bombardements d’hier» (lundi), a affirmé Karim Idrissa, un habitant de Fotokol. Mais, les habitants de Fotokol «n’ont qu’une vue partielle de Gamboru».

Sérieux revers depuis le début de l’année

En août 2014, les islamistes de Boko Haram avaient attaqué une caserne à Gamboru Ngala et s’étaient emparé de la ville, située non loin du lac Tchad et souvent attaquée auparavant par les jihadistes. Début février, des troupes tchadiennes passées par le Cameroun avaient chassé Boko Haram de la ville-frontière. Mais peu après, les militants islamistes étaient revenus et s’étaient de nouveau emparé de Gamboru Ngala qu’ils tenaient depuis. Depuis son apparition en 2009, Boko Haram a tué plus de 15 000 personnes et fait plus d’un million et demi de déplacés dans le nord-est du Nigeria.

Depuis le début de l’année, les forces militaires du Nigeria, du Tchad et du Cameroun ont infligé de sérieux revers militaires aux jihadistes qui ont été chassés de nombreux centres urbains qu’ils avaient conquis. Le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari, qui a pris ses fonctions fin mai, a fait de l’éradication de Boko Haram une priorité. Il a remanié les états-majors des forces armées nigérianes et donné trois mois aux militaires pour en finir avec le groupe islamiste, qui continue de semer la terreur dans trois États du nord-est du pays, Borno – aux confins duquel est situé Gombaru – Yobe et Adamawa. Annoncée pour la fin juillet, la mise en place d’une force multinationale de 8 700 hommes réunissant des contingents du Nigeria, du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Bénin, se fait toujours attendre.

 

camernews

camernews