Vers la levée de l’immunité du Sénateur François-Xavier Menye Ondo

Vers la levée de l’immunité du Sénateur François-Xavier Menye Ondo

 

Mis à mal pour ses frasques, le sénateur nommé de la vallée du Ntem par ailleurs notaire pourrait devenir dans quelques jours, le précurseur de la levée d’immunité parlementaire. Une éventualité articulée autour de ses manquements dans le cadre d’une transaction foncière à problèmes qui pourrait également emporter le Dg de Camwater.

Sénateur nommé de la Vallée du Ntem, François-Xavier Menye Ondo a été fêté en grandes pompes le 24 août 2013 dans sa circonscription politique d’Ambam. Mais scrutant son parcours professionnel, on découvre qu’il est loin d’être un modèle de rectitude morale, ne serait-ce qu’à en juger par la procédure judiciaire pendante pardevant le Tcs qui en fait un candidat qualifié pour l’Opération Epervier. Et pour cause, le notaire serait englué dans des démêlés relevant du domaine foncier.

En effet, quand il est commis par la société publique Camwater, de favoriser l’acquisition par celle-ci d’un terrain à Etetak, bourgade située dans les hauteurs de Yaoundé et rendue célèbre par feu le Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, Basile Emah, il est loin de s’imaginer qu’il s’embarquait en fait, dans une arnaque de haut vol. Arnaque pour laquelle il va par ailleurs devenir la pièce maîtresse, eu égard au dilatoire qu’il entretint quant au prix de cession du mètre carré de la parcelle qui révéla à l’opinion, sa cupidité morbide. En fait, le terrain en question d’une superficie de 4500 m2 aura connu une fluctuation de prix à nulle autre pareille.

Car, si d’entrée de jeu il s’est agi de 60 000 Fcfa le m2, soit un total 270 millions de Fcfa pour la superficie évoquée supra, Me François Xavier Menye Ondo, ne s’offusqua guère d’indiquer aux légitimes propriétaires ledit prix. Au contraire, il leur signifia plutôt que le prix du mètre carré convenu était  un temps 10 000 Fcfa le m2, puis de 15 000 Fcfa le m2, sans jamais reverser le montant total qu’il en résultait.

Pourtant, du côté de la Camwater l’acquéreur, l’on certifia aux légitimes propriétaires que le montant initial avait été décaissé et remis au notaire François Xavier Menye Ondo, alors lesdites propriétaires n’avaient perçu le moindre sou. Toutes choses qui ont incité ces derniers à saisir le Tcs, pour dénoncer les agissements rédhibitoires de Me François-Xavier Menye  Ondo, au travers d’une correspondance dans laquelle le notaire est traité de tous les noms d’oiseaux. A ce propos, le représentant des ayant droits, sieur Pascal Blaise Ondoua affirme avoir été «contourné» pendant les négociations par le notaire qui se prévalait pourtant d’être l’ami de la famille Emah, mais également auxiliaire de justice, au même titre du reste que le  Directeur général de Camwater, Jean Williams Sollo, ayant négocié dans son dos avec un certain Brice Ombga, présenté à raison comme un homme-lige de ce dernier.

Bien plus, constatant à ses dépends que le montant final de la parcelle a été grossièrement gonflé et que les quittances y afférentes sont fictives, il n’a pas hésité de faire du déballage afférent à son infortuné, le fondement de la dénonciation qui risque d’emporter Me François-Xavier Menye Ondo qui n’aura trouvé pour tout argumentaire qu’il se serait départi de la gestion de cette cession au profit sieur Ombga. Aussi en a-t-il été à le signifier au représentant de la famille Emah, afin que ce dernier prenne plutôt attache avec sieur Omgba, pour régler la question des sommes que devraient débourser à Camwater. Saufconduit ou volonté délibérée de se soustraire aux obligations contractuelles qui le liaient pourtant à sieur Omgba et encadrées par une décision du juge du Tgi ? Toujours est-il qu’il s’en suivit la procédure pendante par-devant le Tcs.

Faits aggravants

Si les défendeurs de Me Menye Ondo y auront vu quelque cabale malveillante à l’encontre de leur mentor, il reste tout de même constant que les nombreuses frasques du notaire ne le lui concèdent guère. Il en est ainsi notamment du non paiement par le notaire des commissions dues aux différents intermédiaires dans le cadre de cette transaction foncière. Bien plus, on a du mal à décrypter ses combines avec le patron de Camwater, au point de faire dire à ceux qui maîtrisent le dossier afférent à cette transaction foncière que «l’affaire ressemble à une mafia qui a permis aux différents acteurs de vider les caisses de la Camwater».

C’est à ce titre du reste que Me François-Xavier Menye Ondo et Jean Williams Sollo, ont plusieurs fois déjà été entendus au Secrétariat d’Etat à la Défense (Sed) en charge de la gendarmerie. Secrétariat dont les conclusions ont été transmises au Tcs, qui lui-même vient de les soumettre au Président du Sénat, Marcel Niat Njifendji. Ne resterait plus alors qu’une réunion du bureau de la Chambre haute, suivie éventuellement d’une séance plénière visant à la levée de l’immunité du sénateur de la Vallée du Ntem. Toutes choses qui feraient de lui, le premier à subir ce supplice et cette humiliation publique.

Et si jusqu’ici, le sénateur a toujours réussi de passer outre les mailles du filet, il n’est pas évident qu’il en sortira indemne une énième fois, surtout que les indiscrétions émanant du Tcs font état de ce que le dossier y afférent est solide bouclé. Suffisant par conséquent que le sénateur de la vallée du Ntem est inexorablement dans le collimateur de l’Opération Epervier, au même titre du reste que son mandant dans le cadre de cette transaction, Jean Willams Sollo.

camernews-senateurs-assemblee

camernews-senateurs-assemblee