Valérie Trierweiler : son indifférence pour Ruquier, sa demande à Hollande

Valérie Trierweiler n’a pas réagi aux moqueries proférées par Laurent Ruquier sur France 2 à son son endroit. L’ex-pPremière dame semble davantage préoccupée par des choses bien plus graves.

Alors que la semaine dernière, Valérie Trierweiler avait attiré l’attention des médias pour quelques tweets de reproches et d’invectives échangés avec Laurent Ruquier, l’ex-Première dame semble avoir tourné la page bien plus vite que l’animateur de France 2. Pas de réaction à la nouvelle salve d’attaques lancées sur le plateau de l’émission “On n’est pas couché”. Il faut dire que la journaliste a d’autres motifs de préoccupation. Vendredi dernier, l’ex-compagne de François Hollande a publié plusieurs tweets pour lancer un nouvel appel à la mobilisation “Bring back our girls” pour faire libérer les jeunes filles envelées par Boko Haram au Nigéria. Et d’en appeler directement à son ancien compagnon : “Monsieur le Président de la République, nous comptons sur vous” écrit-elle. Et cet autre post : “Jeunes filles nigérianes, François Hollande avait annoncé leur libération, des médias annoncent leur mort”.

Manifestement, la journaliste de Paris Match n’a pas daigné passer de son combat pour les jeunes nigérianes à la petite polémique médiatique qui génère pourtant tellement de commentaires sur les réseaux sociaux. Laurent Ruquier, lui, s’est clairement amusé des messages que l’ancienne compagne de François Hollande lui avait adressés samedi soir. Valérie Tierweiler lui avait reproché d’avoir dit à l’antenne que le président était le père de son fils Léonard. Après quelques tweets d’explication de la part de l’animateur, qui n’avait en réalité rien dit de tel, elle avait conclu l’échange lui demandant “d’apprendre à s’exprimer clairement”, et ajoutant : “Amuseur public est aussi un métier, à défaut d’être journaliste”. Réponse samedi soir de Laurent Ruquier : “Nous vous convions à venir parce que je crois que votre oeuvre littéraire de grande journaliste sort en livre de poche. Je serais ravi de recevoir vos cours de distinction” a-t-il ironisé. “J’ai enfin compris le calvaire qu’a vécu notre président de la République pendant des années !”