camernews-UPC-Mack-Kit

UPC:Déclaration du Secrétariat sur la base des travaux du Bureau du Comité Directeur

UPC:Déclaration du Secrétariat sur la base des travaux du Bureau du Comité Directeur

Pour la  présente Déclaration sur la situation nationale et internationale, la session du Secrétariat de l’Union des Population du Cameroun (UPC) tenue le 22 janvier 2014 s’est appuyée sur les travaux du Bureau du Comité Directeur (BCD) qui s’était réuni peu auparavant le samedi 18 Janvier 2014. Cette  session du BCD était la première de l’année  et après un long débat elle  a retenu les éléments ci-dessous que le Secrétariat a complétés avec des faits de la récente actualité.

A propos de la situation nationale

Le Secrétariat, à la suite du BCD

–    RAPPELLE que la situation nationale a été marquée au cours de l’année 2013  par l’accroissement  des difficultés dans la vie quotidienne des populations, et par de nombreux mouvements à travers le pays pour l’emploi, les pensions de retraite, aussi bien que pour l’obtention des éléments de consommation courante comme l’eau et l’électricité.

–    CONSTATE que le discours du 31 décembre 2013 du Président de la République, Chef de l’Etat est différent des précédents : cette fois-ci le chef du RDPC ne s’est plus contenté d’énumérer des projets à réaliser, il a enfin avoué l’impasse dans lequel se trouve son régime, ainsi qu’en témoigne l’extrait suivant : « Mais d’où vient-il donc que l’action de l’Etat, dans certains secteurs de notre économie, paraisse parfois manquer de cohérence et de lisibilité ? Pourquoi, dans bien des cas, les délais de prise de décision constituent-ils encore des goulots d’étranglement dans la mise en œuvre des projets ? Comment expliquer qu’aucune région de notre territoire ne puisse afficher un taux d’exécution du budget d’investissement public supérieur à 50 % ?… » (extrait du discours de Paul Biya le 31 décembre 2013). Le malheur est qu’il n’approfondit pas et qu’il pose des  questions auxquelles il devrait être le premier à répondre. Dans ce même discours il reconnait que les nombreux comités et commissions de suivi et d’évaluation sont budgétivores et ne présentent ni rapports ni suggestions en vue d’améliorer l’avancement des projets.

–    S’ALARME de ce que la situation nationale soit aussi marquée par l’insécurité aux frontières avec le Nigéria et avec la Centrafrique. A deux reprises, des enlèvements d’étrangers ont eu lieu dans le Nord, imputés à Boko Haram dont le siège est au Nigéria voisin et dont l’un des leaders a proféré des menaces contre les autorités de notre pays. D’autre part les troubles en Centrafrique ont en premier lieu mis en danger la vie des populations civiles parmi lesquelles on a compté de nombreuses victimes kamerunaises installées dans ce pays voisin. Ces troubles ont aussi engendré des infiltrations au Kamerun des groupes armés qui sont parties prenantes du conflit centrafricain.

–    Par conséquent, DEPLORE les pertes en vie humaine, s’incline devant la mémoire des disparus et exhorte le gouvernement à prendre les meilleures dispositions pour la sécurité de nos compatriotes dans ces régions frontalières avec des zones de troubles.

Au plan international,

A propos de la République centrafricaine (RCA), le Secrétariat à la suite du BCD,
–    REAFFIRME son total soutien aux populations de ce pays voisin et frère.

–    CONDAMNE toute ingérence d’où qu’elle vienne qui aurait pour objectif d’affaiblir la RCA et de la rendre ingouvernable.

–    ALERTE du danger, sur l’ensemble de la sous-région d’Afrique centrale et probablement bien au-delà en Afrique, qu’engendrerait la déstabilisation prolongée de la RCA.

–    APPELLE DE SES VOEUX le soutien sans calcul pour le rétablissement de la paix en RCA, de toutes les bonnes volontés à commencer par celles des Etats de la sous-région, avec la coopération africaine et internationale, selon des modalités qui respectent la souveraineté de la RCA.

–     SALUE l’avènement de Mme Catherine Samba, Présidente intérimaire et la formation du nouveau gouvernement ; la Présidente intérimaire et son gouvernement doivent démontrer que les Centrafricains sont eux-mêmes capables d’apaiser leurs démons et oppositions pour la sauvegarde de leur chère patrie.

–    TIENT A RELEVER que tous ces conflits dans les pays Africains ont été favorisés  par la déstabilisation de la Lybie par le capitalisme international.

A propos du conflit dans le Soudan du Sud, le Secrétariat à la suite du BCD,

–    SALUE les efforts qui vont dans le sens de faire taire les dissensions entre les belligérants et de ramener la paix dans le Soudan du Sud.

–    ATTIRE l’attention des Africains sur les égoïsmes de leurs classes dirigeantes qui conduisent celles-ci à provoquer des émiettements territoriaux ou à s’en accommoder ; pourtant, cette balkanisation consacre leur faiblesse à l’heure où le reste du monde met en place de grands ensembles régionaux et sous-régionaux.

A propos de la décision récente de la Guinée Equatoriale de fermer ses frontières aux ressortissants des autres pays de la zone CEMAC, le Secrétariat à la suite du BCD,

–    DEPLORE qu’une fois encore des dirigeants africains étalent aux yeux du monde leur seul souci de conserver leurs micro-Etats qui sont pour chacun d’eux un territoire où peut librement s’exercer la prédation locale et étrangère.

–    EXHORTE les militants panafricanistes à se mobiliser pour rappeler aux chefs d’Etats de la CEMAC leur engagement en souffrance depuis 2001 de recourir au passeport unique pour les ressortissants de la sous-région. A partir du 1er janvier 2014, les ressortissants des pays de la CEMAC devraient circuler d’un pays à l’autre sans visa. Cet élan vient d’être annulé par la décision du Président de la Guinée Equatoriale, décision qui n’a pas trouvé d’objection dans les autres capitales de la sous-région.

 

Douala, le  22 janvier 2014.

Pour le Secrétariat

NDEMA SAME Alexis,Président de l’UPC
Tchuanyo Martin,Vice-Président chargé des Relations Panafricaines et Internationales
MOUTOUDOU Albert,Secrétaire général

 

camernews-UPC-Mack-Kit

camernews-UPC-Mack-Kit