Université: pour des enseignants disponibles

Appel lancé ce 19 avril par le recteur à l’ouverture de la 37e session du conseil de l’institution

 

«L’université de Douala a besoin de la disponibilité totale de ses enseignants. » Propos tenus et réitérés hier, 19 avril, par le recteur de l’institution. Le Pr. François-Xavier Etoa s’exprimait ainsi à l’entame des travaux de la 37e session du conseil de l’université, instance qui s’occupe essentiellement des questions académiques et scientifiques de l’institution. Pour le recteur, président du conseil, cette disponibilité est vitale, les enseignants étant les « leviers primordiaux » pour la formation de qualité que l’université entend dispenser.
Cette préoccupation de la qualité sous-tend une autre question abordée par le conseil, celle des assistants. Les textes prévoient qu’après six ans au plus, un assistant doit pouvoir accéder au grade de chargé de cours. Sinon, il peut être reversé dans le personnel administratif, ou être remercié. Seulement, à l’université de Douala, certains assistants ont passé « plus de 10 ans » à ce niveau. « Etre enseignant du Supérieur comporte des exigences », a souligné le recteur. Le cas de ces assistants un peu trop anciens doit donc faire l’objet d’un examen minutieux.
Autres sujets au menu du conseil hier, les promotions et avancements des enseignants, les problèmes de discipline. La presse a en outre appris que de nouvelles filières de formation allaient être présentées et éventuellement validées, sans avoir de plus amples précisions sur ce point. En outre, des chefs d’établissement devaient faire des propositions allant dans le sens des ambitions de l’université de s’implanter dans l’environnement socio-économique national. « Nous avons vu la nécessité d’envisager l’ouverture de certaines antennes, de certaines filières, pour lesquelles le conseil d’université » devait statuer, a expliqué le recteur. Le domaine de la coopération universitaire n’était pas en reste.
Présidée par le recteur de l’université de Douala, cette 37e session du conseil avait pour rapporteur le directeur des Affaires académiques et de la Coopération, le Pr. James Mouangue Kobila.