camernews-entree

Université de Ngaoundéré: Les cartes de séjour exigées aux étudiants étrangers pour accéder en salle d’examens

Université de Ngaoundéré: Les cartes de séjour exigées aux étudiants étrangers  pour accéder en salle d’examens

Sont entre autres concernés par cette exigence, les étudiants tchadiens, gabonais et centrafricains invités à présenter leurs cartes de séjour valides avant les examens du premier semestre prévus pour le 28 janvier 2017.

Les étudiants étrangers de l’Université de Ngaoundéré devront présenter leurs cartes de séjour valides pour accéder en salle d’examen, peut-on lire dans le bihebdomadaire L’Oeil du Sahel du jeudi 1er décembre 2016. En effet, selon un communiqué signé le 22 novembre dernier par le Doyen de la faculté des sciences juridiques et politiques, le Pr Janvier Onana, «les étudiants étrangers doivent entreprendre des démarches nécessaires en vue de l’obtention des cartes de séjour valides auprès des autorités compétentes». Il faut signaler que  lesdites cartes seront exigées à l’entrée en salles d’examens du premier semestre qui débuteront le samedi 28 janvier 2017.

Suite à ce communiqué qui a suscité quelques interrogations, les étudiants tchadiens, gabonais et centrafricains ont rencontré l’administration pour d’amples informations à ce sujet, indique le journal. Après une rencontre entre le doyen et les étudiants de cette université le 25 novembre dernier, une requête a été rédigée et signée par les étudiants étrangers, dans laquelle ils demandent un moratoire qui leur permette de se conformer aux nouvelles exigences de l’université, les concernant.

«Nous avons demandé un délai d’un an à l’administration pour permettre à tous les étudiants de se mettre en règle pour l’année académique prochaine. Nous ne refusons pas d’entreprendre la procédure d’obtention d’une carte de séjour», explique Bouba Bouassa, étudiant gabonais.

D’après le journal, cette décision concernant les étudiants étrangers de Ngaoundéré va s’étendre dans toutes les Universités publiques et plus tard aux instituts privés. En attendant, les doléances des étudiants étrangers ont été remises au Doyen et seront transmises à qui de droit.

camernews-entree

camernews-entree