camernews-can-feminine

Une journaliste accuse la CRTV d’avoir diffusé sans droits des images de sa fille dans un reportage

Une journaliste accuse la CRTV d’avoir diffusé sans droits des images de sa fille dans un reportage

La plaignante juge ledit reportage «peu flatteur». Selon nos confrères du journal Kalara, édition de ce Lundi 21 novembre 2016, la CRTV est citée dans une affaire d’atteinte à l’image par la dénommée Ghislaine Ndjoungou, journaliste de profession. Cette dernière, il y a près d’un mois, aurait déposé une plainte au Conseil National de la Communication (CNC) et au Ministère de la Communication (MINCOM), accusant les reporters de la chaine nationale d’«atteinte et violation des droits» de son enfant et appelle à leur sanction. Déposée et enregistrée le 31 octobre dernier au CNC, ladite requête présente comme la prénommée Raphaëlle, fille de cinq ans de la journaliste sus-citée, qui aurait été victime de «stigmatisation, d’exploitation abusive d’images infantiles et de violation de ses droits à la vie privée et à la dignité humaine».

Selon la plaignante, sa fille aurait apparu dans un reportage diffusé sur les antennes de la CRTV dans les éditions du journal télévisé de 20h30 du 12 octobre 2016 et de 12h du 13 octobre 2016. Ledit reportage portait sur les questions relatives à l’obésité infantile.

Tout remonterait à mardi 11 octobre 2016, à l’occasion d’une consultation auprès d’un médecin nutritionniste à l’hôpital central de Yaoundé, la petite Raphaëlle a été prise en chasse par une équipe de reporters de la CRTV. La génitrice explique que ceux-ci se sont obstinés à braquer leur caméra sur elle en dépit du refus catégorique de son médecin et de sa grand-mère, à ses côtés ce jour-là. Donc c’est sans autorisation préalable qu’ils s’y sont livrés.

Elle réclame de ce fait des sanctions pour ces reporters de la CRTV.

 

camernews-can-feminine

camernews-can-feminine