camernews-celine-fotso-davido-ifest-douala-2014

Une Girl à l’i-Fest Douala

Une Girl à l’i-Fest Douala

 Votre Girl était dans un terrible groove la semaine dernière à l’i-Fest organisé par l’opérateur de téléphonie mobile MTN à Douala.

Après avoir chillé tout l’après-midi au bord de la piscine de l’Akwa Palace avec Davido, Jovi, Reniss, Museba, Sophy Aiida & Co, j’ai eu le plaisir d’assister au concert organisé par MTN le 15 février dernier à Douala avec un superbe plateau d’artistes. C’était le feu !

?Duc-Z n’a pas donné le lait et a ambiancé toutes les « african mamies ». Pendant que l’autre demandait à combien était la bière, ?on a fait ça bien avec un peu de Champagne Up grâce à Franky P. Mais le Don 4 Kwat Jovi a fait son Bastard, tu sais que Man Pass Man. Ceci étant le Grand Sultan Oshimihn a élevé les consciences en prenant possession de la foule et l’exhortant à faire 360° de réflexion.

Pour terminer votre Girl a effectué un dangereux Skelewu via le naira boy Davido, se sentant vraiment telle une African Queen bercée par 2Baba a.k.a 2Face Idibia. Quelle soirée !

 

Bon pour les petits crousti de la nuit, il y a eu quelques échauffourées en backstage? avec le chanteur Duc-Z. En effet, semble-t-il qu’un individu ayant travaillé avec ce dernier (sans contrat) par le passé, se sentant spolié, serait venu lui réclamer de l’argent maintenant qu’il a signé avec le label Empire de Pit Bacardi. Comme quoi il vaut mieux tout formaliser dans ces domaines. Qu’à cela ne tienne, l’artiste est censé sortir son album tant attendu cette année et un proche de l’entourage m’a chuchoté que c’était la mort.

Bref, ca s’est terminé en mode « Happy » avec mon pote Tito et le New Bell Music Crew à la boulangerie Zepol à Akwa. On va dire que le clip de Pharrell Williams jouant à la télé à ce moment là, nous a inspirés…

Sinon, pour parler « Cheveux » deux minutes, encouragez-moi alors avec mon afro que j’ai commencé à faire pousser là… C’est pas facile !

 

 

celine-fotso-jovi-ifest-douala-2014-jewanda

 

Bon, ceux qui connaissent la perfectionniste que je suis s’attendent très probablement à quelques critiques de ma part. Elles sont mineures mais je pense en effet qu’on peut toujours s’améliorer (eh oui on ne se refait pas). Les voici donc en trois points…

1 – Ce que j’ai trouvé dommage c’est que vue la thématique ?de l’événement qui était grossomodo autour de la connectivité internet, le wifi n’était malheureusement pas disponible durant le concert. ?Parait-il que c’était prévu mais qu’il y a eu quelques soucis techniques. On espère donc tweeter live njoh* la prochaine fois !

2 – ?Je pense qu’il serait tout de même intéressant que les organisateurs de tels concerts permettent une rencontre officielle entre les artistes camerounais sélectionnés et les artistes en visite. L’échange culturel est essentiel et dans l’intérêt de ces artistes et le nôtre à tous. Car s’ils grandissent, cela profite à tout l’écosystème local. Et même stratégiquement parlant c’est une belle operation de comm’, car vous conviendrez Wanda People qu’on préfère voir un de nos artistes rencontrer une star internationale que de voir la dite star visiter les locaux du siège de l’organisateur par exemple (beaucoup moins vendeur). C’est ce que nous avions fait grâce à Patrick Ebongue lors de la venue de Youssoupha à Douala l’année dernière quand nous avions initié une rencontre avec le producteur/rappeur Jovi. Résultat, ce dernier collabore à son prochain album « Negritude ».

 

celine-fotso-2face-ifest-douala-2014-jewanda

 

?3 – Enfin, on ne vend pas Internet pour Internet. Les consommateurs n’achetèront pas du crédit pour aller en ligne sans but précis. On vend Internet pour aller voir du contenu en ligne. Et comme l’avait déjà souligné le Livre blanc de la musique urbaine camerounaise de 2013, pour moi il est donc impensable qu’un tel événement qui se veut connecté se fasse sans le concours des acteurs influents du net, c’est-a-dire les sites, les blogueurs, les community managers etc. Ce sont eux qui font la toile et c’est donc aussi pour eux que les internautes vont surfer, donc acheter du crédit Internet. C’est comme si tu veux vendre un billet d’avion pour le Brésil à un Camerounais et que les Lions ne sont pas qualifiés. Non mais allo quoi ! :)

En somme, les FAI devraient commencer à considérer tous les acteurs du net comme de potentiels compagnons de route (oui oui, je prêche pour ma paroisse, sinon qui le fera ?) pour donner toute l’ampleur méritée à leurs évènements en rapport avec Internet. Il faut donc encourager cet écosystème.

Ceci étant comme je le disais au début, le njoka** était vraiment appréciable et surtout bien organisé. Alors, on attend le prochain !

*gratuitement
**fête

C.V.F

Rejoindre Céline Victoria Fotso sur Facebook / Twitter /Instagram.