Une campagne pour promouvoir le civisme et l’intégration nationale au Cameroun

La caravane nationale qui s’ouvre mardi à Yaoundé sous la présidence du Premier ministre entend sensibiliser les Camerounais au respect de l’Etat et des institutions républicaines

Au nom du président de la République, le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, procède ce mardi, 29 septembre 2015 à Yaoundé, au lancement de la campagne nationale de promotion de l’éducation civique et de consolidation de l’intégration nationale en collaboration avec l’ensemble despartenaires publics et privés.

A travers cette initiative du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec), les pouvoirs publics entendent amener les populations à identifier les nouveaux défis à relever, leur permettant de consolider le«mieux vivre ensemble» en vue de l’avènement de la République exemplaire prônée le chef de l’Etat.

Selon le Minjec, Bidoung Mkpatt, cette caravane est également mise en œuvre dans «un contexte marqué par la guerre injustifié qu’imposent à notre pays, les terroristes de la secte Boko Haram». Il est donc aussi question de développer, au sein des populations en général et des jeunes en particulier, le sens de la vigilance et de la solidarité, à travers le renseignement prévisionnel et la dénonciation des cas suspects d’insécurité dans un environnement où ceux-ci sont de plus en plus utilisés comme des vecteurs de cette insécurité.

 

Un défilé lors de la célébration de la fête nationale de l’Unité, le 20 mai, au Cameroun.

Dans le cadre de la lutte contre l’incivisme, avant cette campagne, il y a eu la création du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique en 2004 ; l’organisation à Yaoundé, du 8 au 10 juillet 2013, du premier colloque international sur l’éducation civique et l’intégration nationale. A Cette rencontre, des actions à mener à court terme avaient été proposées par un Comité dont la mission était d’établir des stratégies de collecte des données liées à l’incivisme, d’élaborer des approches dialectiques de solutions aux impacts progressifs, de suggérer des méthodes d’intervention sociale appropriée, etc.

La campagne qui s’ouvre aujourd’hui a pour principal objectif la sensibilisation de tous au respect de l’Etat et des institutions républicaines. Ceci, afin de barrer la voie à la corruption, la dégradation des mœurs, les intolérances de tous ordres, notamment sur les plans politique, religieux et ethnique, le développement du banditisme et de la délinquance juvénile.