camernews-Feyman

Un voleur devant les services du Gouverneur

Un voleur devant les services du Gouverneur

Cet escroc a déjà extorqué des marchandises estimées à plus d’un million de Fcfa.

Depuis la mi-juin, un homme qui se fait passer  pour «l’un des proches collaborateurs » de Kildadji Taguiéké Boukar, le gouverneur de l’Adamaoua, escroque des marchands de tissus pagnes de Ngaoundéré. A ce jour, sept commerçants se sont déjà plaints auprès des services du gouverneur.

Toutes les victimes brossent le portrait du même homme. Il est grand de taille, effilé, teint noir, glabre et il est toujours vêtu d’un costume noir et gris, d’une chemise blanche, d’une cravate et des chaussures bien cirées. «Camer.be Un homme bien habillé», tranche une victime. Les dernières  victimes ont été arnaquées le 24 juin dernier. C’était devant les services du gouverneur.

L’homme, qui est toujours recherché, a interpellé un marchand ambulant de tissus pagnes. Il a convaincu ce dernier de lui vendre tous ses tissus, et qu’il en voulait d’autres. Fier, le marchand l’a laissé avec la marchandise et s’est rendu à la boutique pour en prendre d’autres. A son retour, l’homme avait disparu.

Le même vendredi, la deuxième victime, vendeuse de miel et de beurre de karité, a été délestée de sa marchandise estimée à six mille Fcfa, et d’une somme de quatre mille Fcfa. «Il a demandé combien coûte les bouteilles de miel et de karité. Je lui ai dit. Il m’a fait comprendre qu’il a 10 000 Fcfa au bureau. Qu’il va les chercher et qu’il revient. J’ai attendu en vain», raconte la vendeuse.

Las d’attendre, elle s’est rendue au service du gouverneur où elle a expliqué le problème au personnel. Quelques minutes avant l’arrivée de la dame, le vendeur de pagne, lui, s’était déjà plaint. Du coup, quand la dame est arrivée, «on lui a fait faire le tour des services pour voir si elle pouvait reconnaitre l’escroc, mais il était introuvable», apprend-on.

Un communiqué mettant en garde les populations a été écrit et est actuellement diffusé à Crtv Adamaoua. Les responsables religieux et chefs traditionnels sont mis à contribution pour retrouver «l’escroc». D’après les conclusions des premières enquêtes, cet homme ne résiderait pas à Ngaoundéré. En tout cas, l’escroc de pagnes a pris une cinquantaine, dont le coût s’élèverait à près d’un million de Fcfa.

 

camernews-Feyman

camernews-Feyman