camernews-societe

UN POLICIER IMPLIQUÉ DANS UN BRAQUAGE À DSCHANG

UN POLICIER IMPLIQUÉ DANS UN BRAQUAGE À DSCHANG

Ecroué actuellement à Foumban, il est accusé d’avoir participé au  survenue dans la nuit du 4 au 5 juillet 2014 dans un hôtel.

Sodea Clovis alias Bozizé, policier des Equipes spéciales d’intervention rapide (Esir) en service à la délégation régionale de l’Ouest à , est actuellement écroué à la  centrale de Foumban. Selon une source digne de foi à la délégation de la  régionale de l’Ouest, il est accusé d’être l’« auteur intellectuel, le pourvoyeur en armes et tenues militaires » du groupe de quatre  armés et arborant des tenues militaires, qui avait fait irruption dans un hôtel de la ville de Dschang, non loin du lac municipal, dans la nuit du 4 au 5 juillet 2014.
D’après notre source, le nommé Sodea Clovis alias Bozizé a été dénoncé par l’un des malfrats ; il vient d’être écroué, sur instruction du commissaire du gouvernement. Notre source ajoute que « pour le moment, le dossier est au niveau du juge d’instruction ». Bien plus, « les malfrats ont été confrontés à Bafoussam et déférés au tribunal sur instruction du commissaire du gouvernement ». Une autre source confie que pour l’instant on n’a aucune trace du butin de 5, 9 millions de F.Cfa arraché au père Engelbert Atangana, en service à Douala, qui avait fait escale dans cet hôtel.

Roger Mondoué, le directeur de l’Harmattan-, est l’une des victimes venu à Dschang dispenser ses enseignements à l’université de Dschang, il révèle : « Jusqu’à présent, je suis sans nouvelle d’une importante somme d’argent que je détenais dans ma chambre, de mes cartes de crédit, des téléphones portables et de l’ordinateur qui contenait toutes les données de ma structure ».

Une autre victime, un avocat, s’est dite surprise de l’attitude des autorités de la région de l’Ouest. « Au cours d’une patrouille, le 5 juillet dernier, l’un des malfrats a été arrêté à Bafoussam avant de disparaître mystérieusement. La division régionale de la Police régionale (Drpr) mène l’enquête mais on peut se demander si l’équipe de patrouille n’est pas de mèche avec ces malfrats ». Selon une autre source, les deux braqueurs encore en fuite sont indispensables pour la suite de l’enquête. « Sans doute, savaient-ils que le prélat venant de Douala était arrivé avec une somme alléchante ».
Des sources concordantes indiquent que c’est le malfrat qui tenait la mallette contenant cette somme d’argent qui s’est évadé ; les autres  ont confirmé et indiqué qu’il rentrait sur Bafoussam pour le partage du butin. En rappel, cette nuit là, les malfrats avaient emporté un véhicule de marque Suzuki, immatriculé LT 362 EG appartenant au prêtre. Le véhicule a été abandonné non loin de la compagnie de  de Dschang. Un béret rouge de la s’y trouvait.

camernews-societe

camernews-societe