Un Gendarme Camerounais en otage

Surpris à bord d’une embarcation, le maréchal des logis chef Patrice Ze est menacé d’exécution par ses ravisseurs, qui exigeraient 120.000.000 Fcfa pour sa libération.

Il était exactement 14h40 mn, samedi, 07 juillet 2015, lorsque les kidnappeurs du maréchal des logis chef, Patrice Ze ont appelé Valery Etoua, enseignant au lycée technique d’Ebolowa, frère aîné du gendarme camerounais, pour savoir si la rançon était déjà prête. Un énième appel téléphonique que reçoit le membre de la famille du gendarme camerounais enlevé. Chaque jour, confie l’enseignant, « je reçois au moins quatre appels de ces ravisseurs ». Un vrai calvaire pour la famille qui ne sait plus à quel saint se vouer. Les appels des ravisseurs sont faits au numéro de téléphone : (237) 651108756, avec en prime, des séquences sonores de tortures, où on peut entendre le gendarme camerounais crier de douleur, de toutes ses forces, implorant la clémence de ses ravisseurs.

Pour réunir la rançon, une somme de 120.000.000 FCFA, la famille vend tout, mais l’argent atteint à peine 2.000.000 FCFA. Ultime recours donc, l’armée. Lundi, 15 juin 2015, la famille du gendarme camerounais était reçue par Jean Baptiste Bokam, le secrétaire d’Etat à la défense chargé de la gendarmerie. Ce jour, le Sed avait transmis le dossier à un de ses collaborateurs. Mais depuis lors, « rien n’avance », se plaint un membre de la famille. Les ravisseurs ont été mis en contact avec les responsables de la gendarmerie nationale comme ils l’exigeaient, mais la rançon n’est toujours pas payée au péril de la vie du gendarme.

Samedi, 07 juillet 2015, une  source en service au secrétariat d’Etat à la défense a reconnu que « cet élément a effectivement été pris en otage, mais vous savez qu’il y a également un policier qui a été kidnappé dans cette zone et qui a été libéré ». Le maréchal des logis chef Patrice Ze a été pris en otage samedi, 13 juin 2015, dans une embarcation. Outre le gendarme, deux civils se trouvant dans l’embarcation ont également été kidnappés. Patrice Ze est né le 14 septembre 1984 à l’hôpital central d’Enongal par Ebolowa. Originaire du village Mvila Yévol, il est marié et père de deux enfants.

C’est en 2008 qu’il est recruté à la gendarmerie nationale. Tour à tour, il a servi à l’escadron de Kousséri en 2009 et à la brigade de Foumbot en 2013 avant d’être affecté à Bakassi en mars 2015. Le maréchal des logis chef Patrice Ze a par ailleurs fait partie d’une mission de maintien de la paix en République centrafricaine pendant une année en 2010.