camernews-Militaire

Un colonel du Génie militaire au centre d’une d’escroquerie foncière à Douala

Un colonel du Génie militaire au centre d’une d’escroquerie foncière à Douala

Le haut gradé de l’armée ne prend plus au téléphone. Yves Donatien Nana à qui il vendu pour 16 millions un terrain à Ndoghem 2. La victime qui attendait la délivrance du dossier technique a été surprise de constater qu’un blanc avait engagé des travaux sur ledit terrain. Et pourtant le colonel reste imperturbable.

« Vu le charisme, le rang social et la foi chrétienne de cet Homme, nous ne pouvions en aucun cas douter de sa bonne volonté et de son honnêteté ». C’est en ces termes qu’Yves Donatien Nana, résident en Allemagne justifie la confiance aveugle qu’il a placée l’an dernier sur un colonel en service au génie militaire à PK 10 à Douala. Et c’est bien fort de ses atours que le haut gradé de l’armée réussit à faire croire à ce camerounais qu’il était bel et bien propriétaire d’un terrain de 988 mètres carré au quartier BASSA au lieu dit Ndoghem 2 à Douala.

« Dans ses déclarations il se referait au titre foncier mère Numero 40019/W délivré á la collectivité Ndoghem représentée par M. Ngombe Honoré. D´ailleurs tous les documents que nous avons obtenu du cadastre sont au nom de ce Colonel: comment aurai- je pu douter de l´authenticité de ces documents administratifs? », s’interroge  Yves Donatien Nana.

Une « treillis » escroquerie bien organisée

L’affaire commence au mois de septembre 2013. Yves Donatien Nana, ingénieur camerounais résident en Allemagne qui souhaitait acquérir un terrain dans son pays natal entre en relation d’affaire avec ce colonel en service au génie militaire de PK 10 à Douala.  Au centre de la transaction, un certain Kouamo  Djomo Martial, ami de sa famille et proche ami de ce colonel. Après la visite du terrain, le jeune ingénieur va verser 16 millions de Fcfa au colonel représentant les frais d’achat du terrain au mois de Septembre 2013 par le biais de Madame Nguéné Hortense, sa sœur aînée résidente à Douala. « Hormis les frais du démarcheur qui s’élevait à 150 000F et du géomètre  200 000 F et d´autres dépenses que je ne saurai citer », ajoute la victime.

Fini la transaction, l’acquéreur n’attendait plus alors que la sortie du dossier technique pour finaliser l’acte de vente et engager la procédure d’obtention de son titre foncier. Le colonel, son vendeur avec qui il était régulièrement en contact ne cessait de lui rassurer de l’imminence du document. « Le colonel nous disait poliment chaque fois que le dossier technique de morcellement était en cours d´étude au cadastre de Douala et sa délivrance n´était qu´une question de semaines. C´est avec ce document que nous devrions nous rendre chez le notaire afin d´établir l´acte de vente », se souvient Yves Donatien.

L’argument de la force et des galons

Las d’attendre la délivrance du dossier technique, yves Donatien Nana décide au mois de février 2014 d’envoyer sa sœur aînée visiter le terrain. « Je ne passais pas une seule semaine sans appeler ce colonel qui me donnait toujours la même réponse: je dois être patient, nos Services administratifs sont très lents patati, patata », justifie-t-il sa démarche. Rendu sur le site, Madame Nguéné Hortense, sa sœur aînée manqua de peu de s’évanouir. Une grande barrière avait été érigée sur le site. A l’intérieur de celui-ci, précisément sur le terrain qui lui avait été vendu par le colonel se dressait un vaste chantier de construction avec des maçons partout, des camions de sable.

« Par curiosité ma sœur s´est rapprochée des maçons qui lui ont confirmé que le terrain appartient bel et bien á un blanc et que nous avons été victime d´une escroquerie foncière. Sur ce, je me rappelle que les riverains nous avaient donné la même réponse au mois de Septembre 2013,  mais le colonel et son complice Kouamo Djomo Martial nous avaient toujours  affirmé le contraire. D´ailleurs tous les documents que nous avons obtenu du cadastre sont au nom de ce colonel : comment aurai- je pu douter de l´authenticité de ces documents administratifs? », regrette Yves Donatien

Joint au téléphone le colonel soutient alors avoir été floué par un certain Chef de district qui lui aurait joué un vilain tour en revendant  le terrain au plus offrant. «Ce qui n´est pas vrai car les riverains ont certifié à ma sœur que le terrain appartient au blanc depuis au moins 2 ans et que ce dernier passe de temps en temps faire des travaux dessus », martèle Yves Donatien. Le colonel va alors piquer une colère noire lorsque le 12 juin dernier la victime lui fait part de sa déception et souhaite être remboursé. Il va alors lui demander de ne plus jamais l’appeler et refuser plus tard de recevoir Madame Nguéné Hortense, sa sœur aînée rendu au bureau du colonel pour des explications.

« Ses sbires ont dit à ma sœur qu´il est encore au nord pourtant il m´avait confirmé qu´il est á Douala depuis le 11.06. Et depuis, nous sommes sans nouvelles de ce colonel. Il est porté disparu, ne décroche plus son téléphone et ne manifeste aucune intention de nous rembourser », regrette Yves Donatien. La victime espère toujours que le colonel reviendra à de meilleurs sentiments et consentira de lui rembourser. Si seulement, les militaires avaient de meilleurs sentiments…

camernews-Militaire

camernews-Militaire