camernews

Un accidenté miraculé de l’hôpital protestant de Bangwa Témoigne

Un accidenté miraculé de l’hôpital protestant de Bangwa Témoigne

Messi Théophile Alexis, footballeur, a trainé une double fracture au pied pendant près d’une année. Après une double opération coûteuse et infructueuse, son chirurgien évitait de le recevoir. Arrivé à Bangoua dans le désespoir et le doute, il a pu poser son pied à terre en moins d’un mois: Son histoire!

Le Petit Piment : Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?

Messi Théophile Alexis : Je m’appelle Messi Théophile Alexis. J’ai 27 ans et je suis un footballeur originaire du Centre, sociétaire de Semence olympique, une équipe de 2e division du Centre.

LPP : Qu’est ce qui vous amène à Bangoua ?

MTA : Je suis arrivé à l’hôpital protestant de Bangoua le 9 mai 2016 parce que, suite à une collusion avec un gardien de buts le 21 juin 2015 j’ai eu une double-fracture au pied. J’ai d’abord fait un mois à la maison pendant lequel on massait. Quand j’ai fait la radio, on a constaté le déplacement de l’os. J’ai subi une première opération à Yaoundé en juillet 2015. On m’a mis du fer dans le corps et ça n’a pas marché. Il y a eu des complications et du pus qui coulait. Je n’arrivais pas à marcher. Le même chirurgien m’a encore opéré en septembre 2015 pour enlever le fer parce que, disait-il, mon corps rejetait le fer. Cela n’a toujours pas marché. Après ces opérations, il y avait toujours le pus qui sortait. Je souffrais et ne savais plus à quel saint me vouer d’autant plus que le docteur avait fui ses responsabilités et ne me recevait plus. Un jour j’ai rencontré quelqu’un qui m’a demandé si je connaissais Bangoua. Je lui ai dit que je ne suis jamais allé à l’Ouest et il m’a conseillé d’aller à l’hôpital Bangoua. Arrivé à Bangoua, je ne savais pas qu’on pouvait m’y opérer. Je me disais qu’on devait me donner quelques comprimés parce que ma famille avait tellement dépensé. Mon père a même vendu des terrains pour s’occuper de moi et on n’avait plus d’argent. Je suis arrivé à Bangoua avec 60 000 F On m’a prescrit des médicaments et il n’y avait toujours pas de suite. On voulait rentrer parce qu’on n’avait plus d’argent et plus d’espoir. Dieu est grand parce qu’il a mis sur mon chemin Dr Nana Martial Noël, Médecin-chef de cet hôpital qui a eu de la compassion pour moi et a dit qu’il va me prendre en charge car si je rentre, on va couper mon pied. Il a dit qu’il faut qu’on ouvre pour voir ce qui ne va pas et quand on a ouvert, on a constaté qu’il y avait des fragments d’os dans la chair qu’on a nettoyés. Ce qui m’a surpris, c’est la prise en charge du patient à Bangoua. Je n’avais pas encore vu ça ailleurs. J’ai compris qu’on ne blague pas à Bangoua. En peu de temps, j’ai commencé à poser le pied au sol et à marcher. Je suis très content parce que j’ai vraiment recouvré la santé. J’attends seulement la cicatrisation pour rentrer.

LPP : Comment vous sentez vous?

MTA : Je me sens chaque jour de mieux en mieux parce qu’avant, je ne dormais pas avec le pied qui coulait du pus et donnait des démangeaisons. Maintenant je marche comme vous voyez sans les béquilles et je dors bien.

LPP: Votre équipe ne vous a pas pris en charge ?

MTA : Non !

LPP : Dans les équipes de football, les joueurs ne sont pas assurés ?

MTA : Il y a peut-être des équipes qui ont des assurances. Dans mon cas, je ne sais pas. C’était ma première année dans l’équipe et je jouais un match d’évaluation. On devait jouer la coupe du Cameroun et on a fait un deux camps pour évaluer les joueurs.

LPP : Prompte guérison

NB: Le Petit Piment est un mensuel d’information et de débats paraissant le dernier Jeudi du mois à Yaoundé au Cameroun.
Contact: B.P.: 3 281 Yaoundé Cameroun
Tel (+237) 222 23 10 28/Cel: 699
96 32 24, 677 43 65 95, 242 02 32
37
Email lepetitpiment@yahoo.fr
Site : www.Petitpiment.com

camernews

camernews