camernews-Claudy-Siar

Tropique FM: Claudy Siar répond à Stéphane Mouangué

Tropique FM: Claudy Siar répond à Stéphane Mouangué

Stéphane Mouanguè et Claudy Siar sont en conflit depuis au moins 2 ans avec pour principale cause le contrôle de la gestion de la radio Tropique fm (Tfm). Le premier dénonce la notion de «Radio des français d’Outre-mer de l’hexagone» prônée par Claudy Siar et le second Claudy lui parle d’humiliation et de trahison de la part de son ami et frère.
Madame George Pau-Langevin, Ministre française des Outre-mer pense qu’il faudrait une bonne entente entre les partis. A l’endroit de Stephane Mouangué, elle lui fait comprendre que l’on ne peut acheter une radio comme une marchandise et que TropiquesFm serait sans avenir si elle n’était plus animée par Claudy Siar.Joseph OLINGA N, journaliste camerounais au quotidien Le Messager a signé un article le 02 octobre 2014 intitulé: « Camerounais et Antillais s’affrontent autour d’une radio » dans lequel il présente de façon très subtile Stéphane Mouanguè comme la victime. Afin de connaître la version des fait de Claudy Siar et de laisser les lecteurs se faire leur propre idée, nous nous sommes rapproché de Claudy dans un interview a cœur ouvert.

Vous êtes cofondateur de la radio Tropique fm (Tfm)? avec qui l’avez vous fondé et quelle était la répartition du capital?

Après avoir pris conscience des difficultés de la précédente radio installé sur le 92.6 à Paris , j’ai décidé de créer un projet radio afin de déposer un dossier de candidature au CSA. J’ai demandé à Patrick Lemure (ancien réalisateur de CouleursTropicales à RFI ) de travailler avec moi. Puis j’ai cherché un financier (banque ou autre) . 2 personnes étaient pressentis mais j’ai fait un autre choix; celui d’appeler un de mes amis en qui j’avais confiance…Stéphane Mouangué ! J’ai conçu la ligne éditoriale de la radio, un dossier conséquent. Il fallait définir la nouvelle radio des français d’outre-mer. Son esprit et les ambitions de se projet afin que cette communauté poursuive son travail de construction. C’est le combat de ma vie que d’aider les miens à être plus fort au sein de la république française. J’ai fais mon lobbying afin de sensibiliser les décideurs à la pertinence de ce projet. J’ai même conçu l’actuel logo de TropiquesFM. Patrick et moi avons fait les travaux dans les locaux. Nous avons travaillé parfois jour et nuit comme des forçats. J’ai commis une erreur lourde de conséquence en permettant à Stéphane Mouangué , mon ami/frère , d’avoir une majorité de parts dans le capital ! Mon entourage était furieux. Détenant la gérance de la société et persuadé que j’obtiendrai la fréquence , je trouvais que cela permettait un équilibre. Je suis un homme de partage et non un égoïste souhaitant tout garder pour lui. 5% pour Patrick , 40% Stéphane, 15% circusLine (Mouangué ) et 40% pour moi. J’aurai pu (du) ne laisser qu’une minorité de parts à Stéphane ! Nous n’en serions pas là en 2014. Lors d’une conversation il y a un an il m’a confirmé qu’il m’aurait quand même suivi en étant actionnaire minoritaire. La confiance que je place dans mes amis me coûte très cher. Je voudrais préciser qu’avant de m’attribuer la fréquence , le CSA m’avait demandé d’écarter Mr Mouangué de mon tour de table à cause d’une mauvaise réputation supposée ou avérée. Par loyauté et amitié je ne l’ai pas fait. Je me suis porté garant pour lui.

Stéphane Mouanguè dénonce le slogan «Radio des français d’Outre-mer de l’hexagone» que vous utilisé. Expliqué nous qui fait quoi et qui décide de quoi à TFM.

Votre question serait presque comique si la situation n’était pas dramatique. Vous devez comprendre que le CSA (conseil supérieur de l’audiovisuel ) impose que la fréquence du 92.6 soit la radio des français d’outre-mer ! Et c’est ainsi depuis 1983. Donc personne ne peut changer cette règle !!
La communauté dont vous parlez, la mienne se bat chaque jour pour devenir plus forte et donner une chance aux plus jeunes d’être mieux armés dans une France qui ne reconnaît pas tous ses enfants. La couleur de la peau, la religion, le milieu social autant de facteurs discriminants. Ma vie tourne autour des combats pour l’émancipation des miens et la promotion des plus méritants, des plus vaillants ! C’est comme cela que l’on bâtit une nation ou une diaspora. L’argument des bons sondages de ma radio (victoire de toute une équipe) avancé par Stéphane viennent après pour moi. C’est sa satisfaction personnelle voir égocentrique ! La mission première est de servir les nôtres et non de se servir au bénéfice de son clan. TropiquesFM doit être une radio performante économiquement sans dévier de sa raison d’être, sans trahir son ADN. Vous devez comprendre que l’on attribue une fréquence pour une radio dite communautaire qu’à un originaire de la dite communauté et c’est normal !! (maghrébin pour BeurFM, de confession juive pour RadioJ portugais pour RadioAlpha …)… Et donc d’outre-mer pour le 92.6…ce que je suis. Précisons également qu’il faut être issue du monde de la communication pour prétendre à une fréquence radiophonique en France ! C’est l’article 41-3 de la loi sur l’audiovisuel. Stéphane Mouangué ne rempli aucun de ces critères…ni Valérie Rousseau sa compagne. Chacun devait juste tenir son rôle au sein de l’entreprise.
Permettez moi de revenir sur des affirmations blessantes pour Stéphane ( qui espère les utiliser contre moi) et pour moi ! Je n’ai jamais précisé dans aucun entretien de qu’elle origine était Stephane ! Jamais ! « Franco-camerounais » ça n’existe pas pour moi ! car la double nationalité entre les deux pays n’est pas en vigueur. Il est français comme moi ! Chacun peut vérifier mes dires. Honte à celui qui joue sur les cordes du racisme pour salir l’autre.
Certains voudraient ethniciser le conflit alors que c’est un problème entre deux personnes qui ne s’entende plus ! C’est tout !! J’ai réuni dans cette aventure  » un blanc, un métis, et un noir…moi » l’image et le symbole sont fort. Alors les personnes qui n’ont pas réglé leur problématique raciste n’auront pas d’interlocuteur dans notre affaire !! Pas de logique et de justification du tribalisme ici .
À TropiquesFM j’ai embauché des congolais, ivoirien, gabonais, guyanais, martiniquais, guadeloupéen, maghrébin…français « blanc » . Je referme cette parenthèse. Plutôt que d’être conscient de la chance de s’inscrire dans une belle aventure pour le plaisir de nos auditeurs, l’un décide de « tuer l’autre »…je suis l’homme à abattre. Jusqu’en avril 2011, j’étais donc le gérant de la société et le directeur de la radio. J’ai accepté le poste de Délégué interministériel pour l’égalité des chances des français d’outre-mer. Je voulais agir pour les miens à l’intérieur du système et je l’ai fait. Je n’ai pas hésité à écrire dans mon rapport que « la France traite l’outre-mer comme les confettis de son ancien empire colonial » . Dans cette fonction je suis resté un militant. Je ne l’ai pas fait par opportunisme. La gauche m’a demandé de rester mais je n’avais pas vocation à rester dans ce type de fonction et j’ai démissionné le vendredi 27 juillet 2012. Revenons à la radio. J’en 2011, je voulais que mon frère assure l’intérim de la gérance de TropiquesFM. Stéphane m’a demandé de lui faire confiance. Qu’il mettrait sa femme le temps de mon absence. À mon retour il n’a pas tenu parole . Il a refusé de me rendre la gérance invoquant toutes sortes de raisons erronées ! Nous n’avions signé aucun papier…j’avais confiance…j’ai encore été trompé ! Faut-il aujourd’hui que mon erreur m’empêche de me défendre ?
Durant ma mission de Délégué , les membres de la radio m’appelaient pour me mettre en garde face à ce qui se tramait contre moi ; m’évincer de TropiqueFM à plus ou moins long terme. Je le vis aujourd’hui ! Je ne me suis jamais fait de salaire à TropiquesFM . Stéphane non plus. Mais il fait profiter ses proches (sa femme et sa fille) des avantages d’avoir écarté le fondateur de la station. Ça me rappelle ce que nous reprochons souvent à nos dirigeants. En août dernier un courrier à été envoyé au personnel de la station lui demandant de ne pas obéir à mes ordres car je n’avais aucune fonction légale au sein de TropiquesFM …nouveau coup de poignard. Mais le personnel est passé outre.

Qui est Stéphane Mouangué ? Comment le qualifiez vous? parlez-nous de ce que vous avez fait ensemble.


Je ne sais plus qui il est ! Mais auparavant c’était un homme dont je reconnaissais l’intelligence et le sens des affaires. Un ami, un frère ! Il possédait des boîtes de nuit et notre collaboration fut fructueuse …de belles années. J’ai travaillé pour lui de novembre 1986 jusqu’en 1998. Nous organisions les meilleurs spectacles de Paris ! Des moments gravés dans les mémoires de toute une génération. Lui a oublié tout ça …pas moi .
En parallèle je faisais de la radio depuis 1984 (la radio associative TropicFM, Europe1, FranceInter) et de la télévision depuis 1988 sur Rfo / France3.

Je ne lui aurait jamais proposé de me rejoindre dans l’aventure TropiquesFM si je n’avait pas eu des sentiments fraternels à son égard. J’ai partagé avec lui mon rêve de radio pour ma communauté ! Je regrette qu’il réduise les miens et leur besoin d’un média efficient à un problème de « droit des sociétés ». Il parle trop d’argent lorsque nous évoquons la dignité des nôtres . Mon peuple est né dans les fers de l’esclavage. Mes ancêtres, mes parents ce sont saignés pour une maison en bois puis un lopin de terre et longtemps après pour une maison en ciment ! Nous n’avions rien et aujourd’hui si peu. Voilà ce que je lui demande de respecter. Le peu que nous avons pour nous faire entendre. Je ne veux pas que cet homme dont je connais la sensibilité profonde soit celui qui donne une image « d’amuseur » à ma communauté ! Les protestations des leaders d’opinions sont nombreuses et légitimes face à l’actuelle politique de la radio. Les artistes se plaignent du boycott dont certains sont victimes et ils organisent la riposte. Tout ça doit s’arrêter. Stéphane ne s’est jamais engagé pour la défense des afros …je ne lui reproche pas cela. Chacun mène sa vie comme il l’entend. Je veux juste qu’il respecte la marche que nous avons entamé pour notre émancipation. Par ses actes d’hostilités, il risque de nous ralentir alors qu’au fond je crois qu’il se trompe d’ennemi voilà tout.
Je garde une affection pour lui . En surface je suis très en colère ! je ne comprends toujours pas pourquoi il s’est comporter ainsi. Nous ne sommes pas de la même génération. Il a toujours vu en moi le petit garçon des années 80…l’autodidacte que l’on a du mal à voir grandir socialement. Il y a plus d’un an je lui ai demandé  » t’ai-je fais quelque chose ? Il me répondit « non »…alors pourquoi me faire ça ? Lui demandais-je …il y eut un moment de silence …puis il me dit d’un ton franc… « je ne sais pas… »

Mon action est juste. Je suis déterminé . Je crois encore qu’un règlement amiable est possible. Je l’espère ! Je suis encore prêt à des compromis. De l’autre côté j’ai un homme froid détenant la solution, qui a tout fait pour m’humilier durant 2 ans convaincu que je garderai le silence. Ma petite personne n’est rien seul compte le projet , l’intérêt général…celui des nôtres ! Il m’a bien proposé de lui racheter ses parts…mais à un prix indécent ! Aujourd’hui nos familles sont brouillées juste parce que l’un des associés souhaitent spolier ses partenaires après avoir dévoyé un projet . C’est triste. J’espère que Stéphane retrouvera le sens de la vérité . Dans le même temps, j’accepte sa vérité et la façon dont il a vécu les choses. Il a probablement des reproches à me faire dans notre relation … Mais cela n’explique pas la trahison. Lui et moi devons nous respecter dans cette triste affaire. Personne ne doit perdre la face. Stéphane me disait souvent « on est comme un vieux couple qui divorce et qui se déchire » j’ajouterai … »Et ce n’est pas très glorieux » . Vous voyez, finalement, il y a beaucoup de passion , de raison et d’affect dans ce conflit.

 

camernews-Claudy-Siar

camernews-Claudy-Siar