Troisième trimestre: la dernière ligne droite

Enseignants et élèves ont repris le chemin de l’école hier, à quelques semaines des examens officiels.

Lycée Joss de Douala, hier matin. Il est 9h. Les élèves sont dans les salles de classe et les enseignants dispensent les premiers cours de la journée. On n’a pas l’impression que c’est le lundi de Pâques, un lendemain de fête où l’on se serait peut-être attendu à une vague de retards et d’absence. Ce n’est absolument pas le cas.
Sur la cour de récréation, on note la présence de quatre élèves, en train de ramasser des bouts de papier avant de rejoindre la salle de classe. Il s’agit principalement d’apprenants pris en faute : mal coiffés, portant des pantalons slim, ou des tresses faites à la hâte pour les filles. Autant de choses interdites par le règlement intérieur. Les enseignants sont également présents, ainsi que le personnel d’appui.
Le proviseur, Fanny Félicité Epée Dooh Eboule, est dans son bureau en train de préparer une réunion qui doit se tenir dans les prochaines minutes. Pour le chef d’établissement, c’est la dernière ligne droite, c’est le sprint final, il n’y a pas une minute à perdre. Ce qui rassure le proviseur, c’est que les élèves des classes d’examen ont pris la mesure de la chose et semblent très sérieux. « Il n y’aura pas de répit jusqu’à la fin des examens, ils doivent être prêts », a précisé le chef d’établissement du lycée Joss de Douala.
Au lycée bilingue de Nyalla, dans l’arrondissement de Douala 3e, le train de la rentrée du troisième trimestre a lui aussi quitté la gare hier matin. Comme partout ailleurs, élèves et enseignants sont tous présents. Au programme, dès 7h 50, il y a eu rassemblement, ensuite levée des couleurs et une communication à l’attention des élèves.
Dans son message, le proviseur Isaac Bernard Dime a demandé aux apprenants d’être plus appliqués. Car il ne reste plus que quelques semaines avant d’affronter les épreuves finales. D’ailleurs, a expliqué le responsable, les élèves des 6e  et  Form I vont commencer les évaluations dès le 27 avril prochain. Vendredi 21 avril 2017 est prévue une assemblée générale des enseignants, pour tout caler.
Au lycée bilingue de Logpom, dans l’arrondissement de Douala 5e, c’est au pas de course que les élèves regagnaient les salles de classe hier. Les responsables étaient à l’heure et attendaient à l’entrée du portail l’arrivée des enfants. Tout un dispositif a été mis sur pied, pour vérifier la tenue de classe. L’heure n’est plus à la rigolade : il faut mettre les bouchées doubles pour une réussite aux examens, a affirmé un responsable qui a requis l’anonymat.
Réactions: 

Yomba Janvier Ngwanza: « Les épreuves d’Eps débutent ce 21 avril »

Délégué départemental des Enseignements secondaires, Wouri

« Je suis allé visiter quelques établissements ce jour de rentrée : les lycées Joss et bilingue de New Bell. J’ai également pris le pouls des autres établissements au téléphone, afin d’avoir des statistiques : taux de fréquentation, d’assiduité des élèves et des enseignants… Elèves, enseignants et staff ont été ponctuels ce matin. Au-delà des activités que nous avons eues pendant les congés, l’effectivité de la rentrée n’est plus discutable. Les activités de vacances ont servi à quelque chose : il y a eu des cours de soutien dans la plupart des établissements et quelques établissements privés. Donc, les enfants étaient toujours dans le bain. Il y a également des assemblées qui vont se tenir ces jours-ci pour mettre tout au clair. Cette échéance immédiate, c’est le démarrage des examens pratiques d’éducation physique et sportive, dès le 21 prochain. Nous nous assurons que les préparatifs liés à cet échéance se passent bien sur tous les plans, y compris sécuritaire ».

 

Fanny Félicité Epée Dooh Eboule: « Il faut achever les programmes»

Proviseur du lycée Joss de Douala

« Nous avons mis sur pied des stratégies pour bien préparer les élèves des classes d’examen. Nous avons commencé par les séances matinales de travaux dirigés de 7h. Nous avons fait cela dès la rentrée du 2e trimestre. Ces moments-là ont été un succès parce que les élèves ont pris cela au sérieux, tout comme les enseignants. Pendant les congés de Pâques, les élèves de 3e, 1ère et Terminale ont bénéficié de cours de soutien pendant 9 jours, avec beaucoup de sérieux. Les professeurs étaient présents. Il ne s’agissait pas des cours magistraux : nous avons fait travailler les élèves sur nos épreuves. Bien plus, quand il y avait une heure creuse, on donnait une épreuve pour les occuper et ensuite on corrigeait. Pour la suite, nous allons adopter une autre stratégie pour que les enseignants puissent terminer les programmes. Ce matin de rentrée, j’ai partagé des fiches aux censeurs pour savoir à quel niveau de progression se trouve chaque enseignant. »