Troisième région militaire interarmées: l’ère du général Eba Eba s’ouvre

Le promu a été installé jeudi dernier, en même temps que le général Ekongwese qui prend les rênes de la 3e Région de gendarmerie.

Le général de brigade aérienne Benoît Bède Eba Eba, nommé le 29 juin dernier par le président de la République, Paul Biya, chef des armées a été installé jeudi dernier à Garoua dans ses nouvelles fonctions de commandant de la troisième région militaire interarmées (RMIA3) par le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo. Cette cérémonie couplée à la prise de commandement du nouveau commandant de la troisième région de gendarmerie (RG3), le général de brigade Divine Nnoko Ekongwese, s’est déroulée dans la pure tradition militaire à la place des fêtes de Garoua. Dans un cérémonial réglé comme du papier à musique, le  commandant sortant de la Rmia3,  le général de brigade Frédéric Ndjonkep qui venait d’installer son QG à Maroua à la tête de la Rmia4, remet le drapeau de la République au MINDEF qui à son tour le transmet au nouveau Comrmia3.  Le général de brigade  aérienne Eba Eba investi à cet instant de ses nouvelles fonctions remet l’étendard à sa garde. Il peut maintenant donner des ordres aux hommes placés sous son commandement. D’une voix de stentor et d’un pas alerte, il commande les troupes qui lui obéissent. Là, c’est pour le rituel.

Côté missions, le MINDEF prescrit aux deux hommes, une veille de tous les instants pour préserver l’intégrité territoriale du Cameroun et assurer la sécurité des personnes et des biens dans leur zone de commandement.  Le territoire placé sous leur commandement, les régions du Nord et de l’Adamaoua sont adossées aux frontières du Tchad, du Nigeria et de la RCA. Ici et là, les coupeurs de route qui sévissent encore dans les départements du Mayo-Rey et du Faro (dans le Nord) et dans une bonne partie de l’Adamaoua, modifient sans cesse leurs modes opératoires pour semer la terreur au sein des populations à travers enlèvements et prises d’otages avec demande de rançons. Le pillage des ressources naturelles à l’intérieur des parcs nationaux de Bouba Ndjidda et de la Bénoué appelle à une surveillance quotidienne de l’espace par les troupes. Même si les exactions de la nébuleuse Boko Haram n’ont pas à proprement parler jusqu’ici toucher la Rmia3, le MINDEF exhorte les deux chefs militaires à ne pas baisser la garde en maintenant un maillage et un quadrillage permanents de leur zone de commandement. Comme il l’a fait lors des autres étapes, Joseph Beti Assomo insiste sur l’encadrement des troupes en veillant sur leur moral et leur état d’esprit. Un accent doit être mis sur la discipline dont l’observance ne devrait souffrir d’aucune complaisance ou légèreté. Mais prévient-il, les droits dus aux troupes doivent être payés intégralement et à temps, afin d’éviter toute velléité bruyante de revendication.

Les commandants de légion de gendarmerie du Nord, le colonel Jean-Marie Ebiketil ainsi le commandant du 31erégiment du génie militaire, le lieutenant-colonel Jean Ruben Nko’o Nko’o ont été également installés dans leurs fonctions.