Transports: La foireuse démonstration de Robert Nkili

Dans le cadre de la mise en scène d’un enlèvement d’un camion de moins de 4 tonnes, le public a été surpris de constater que la dépanneuse flambant neuve de capacité de 10 tonnes n’a pas pu le faire.

Il est 14 heures 30 minutes ce jeudi 6 août. Les maires, les délégués des communautés urbaines, les représentants du Fonds routier et de Matgénie, aux côtés du ministre des Transports, Robert Nkili accompagné de sa suite, se ruent à l’estrade de l’entrée principale du ministère des Transports (Mintrans). Sortis de la salle de conférences, après avoir signé pour chacun le concernant la convention matérialisant le projet d’enlèvement des obstacles et des véhicules mal garés ou en panne, ils sont venus assister à un exercice d’enlèvement d’obstacles proprement dit. Pour la démonstration, un camion benne et deux picks-up sont placés sur la chaussée qui longe le ministère. Les vrombissements des moteurs des engins, et les clacksons stridents des motos de police alertent les usagers de la route. Au fil des minutes, ils se massent autour du périmètre de la mise en scène. Il est l’heure de passer à l’action. Une dépanneuse Iveco 180 E 28 de marque Isoli, vient de sortir du portail annexe du Mintrans. Elle se dirige vers le camion à benne CLR, estampillé communauté urbaine de Yaoundé. La dépanneuse de capacité de chargement de 10 tonnes, se gare devant l’engin à tracter. La corde métallique est aussitôt nouée. Le plateau de la dépanneuse s’incline au point de toucher le sol, question de permettre le remorquage. Seulement après moult essais automatiques, le camion à vide ne pourra être transporté. Devant la difficulté de la dépanneuse à tracter le véhicule sans le chauffeur, tel que se fait habituellement l’opération d’enlèvement, le chauffeur est obligé de venir à la rescousse.  Ce dernier parvient à placer l’engin sur le plateau. Cependant, il se pose un notre problème. La dépanneuse ne parvient pas à ramener le véhicule de la position oblique à la position horizontale. Le conducteur de l’engin procède au forcing. Coup de théâtre, le camion remorqué soulève les deux roues avant de la dépanneuse. Visiblement l’engin de 10 tonnes flambant neuf, peine à transporter celui de près de 4 tonnes. Elle vacille dangereusement, menaçant de se renverser. La démonstration tend à tourner au vinaigre. Les policiers conviés à cérémonie, ne maitrisant pas la situation décide d’éloigner tous ceux qui se trouvent dans le périmètre des deux engins. Des cris de panique fusent de part et d’autre de la foule. Du côté des personnalités, les cœurs battent la chamade. « Ça c’est la mort ! Avec ceci on ne peut rien attendre », s’exclamer une personnalité. C’est près d’une heure après que l’engin a pu se poser. Les visages serrés, les personnalités n’ont pu applaudir la démonstration. Plus de peur que de mal, lançait l’une d’entre elles. Finalement en quittant sur les lieux, il était difficile pour elles de cacher leur déception. Comme s’il venait d’assister à un bluff. Pourtant l’un des officiers qui a conduit la démonstration rassure qu’il s’agit d’un engin hyper solide. Et pointe un doigt accusateur sur l’incapacité du conducteur à maitriser l’engin.