camernews-tramway

Transport urbain: Le Tramway envisagé à Yaoundé

Transport urbain: Le Tramway envisagé à Yaoundé

Un mémorandum d’entente signé hier dans la capitale entre le Minepat et une entreprise belge intéressée par le projet.

C’est dans l’optique de décongestionner le transport urbain de masse que le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Emmanuel Nganou Djoumessi a signé un mémorandum d’entente (MOU) avec le directeur général de l’entreprise belge Préfarails hier à Yaoundé.

C’était en présence du ministre de l’Habitat et du Développement urbain, (Minhdu), Jean Claude Mbwentchou et du secrétaire d’Etat auprès du ministère des Travaux publics, Ijans Nyetam Nyetam. Ce MOU est la résultante de la publication en 2013, de la liste des projets susceptibles d’être réalisés dans le cadre des contrats de partenariat entre le secteur public et le secteur privé.

Pour Pauline Irène Nguene, présidente du Conseil d’appui à la réalisation des contrats de partenariat (Carpa), cette signature s’inscrit dans le cadre de la collaboration entre l’Etat du Cameroun et la société Préfarails retenue pour la construction d’un Tramway dans la ville de Yaoundé.

«Après la signatre de ce mémorandum, il va falloir mettre en place un Comité de pilotage au sein de la Communauté urbaine de Yaoundé qui est la personne publique chargée de suivre ce projet», a déclaré la présidente du Carpa. Ce Comité de pilotage aura pour objectif d’harmoniser les actions des différentes administrations concernées par le transport urbain de masse afin de répartir les rôles et les missions des uns et des autres.

Le travail de ce Comité va consister à inviter ce partenaire à présenter une étude de faisabilité bien chiffrée et une étude d’impact environnemental qui permettront de définir toutes les activités à mener assorties d’un chronogramme d’exécution. Pour le directeur général de Préfarails, ce MOU est basé sur la règle du partenariat public-privé par lequel le promoteur construit et exploite afin de rembourser la dette jusqu’à une période suffisante.

Ceci, afin que le projet ne soit pas une charge pour l’Etat. «Ce projet sera réalisé sur plusieurs phases dans la mesure où on ne peut pas envisager de construire l’entièreté du réseau une seule fois. Les premiers 50 km de voies devraient coûter près de 491 milliards de F et puis, après, en fonction du succès que rencontrera ce mode de transport auprès de la population, il peut être largement développé», a-t-il conclu.

 

camernews-tramway

camernews-tramway