Transport Urbain : Gare aux faux passagers

Installés à des endroits sombres, des jeunes gens font semblant d’attendre les taxis pour dépouiller les clients.

Cette nuit du 20 juillet, Marceline est affalée sur le siège arrière d’un taxi. La jeune femme, essoufflée, est sous le choc de l’agression dont elle vient d’être victime dans le taxi qui l’a transportée du centre- ville à Nkoabang. Elle n’arrive pas à répondre aux questions posées concernant le contenu de son sac arraché par les malfrats. Nous sommes au lieu-dit « Descente laverie », plus précisément au niveau de la petite rivière qui sépare le département du Mfoundi de la Méfou-Afamba. C’est à cet endroit que, profitant des champs de maïs qui bordent la route, deux hommes ont commis leur acte en se faisant passer pour des clients qui attendaient un taxi. Placés sur le trottoir, ils ont stoppé celui qui transportait Marceline.

Une fois que le véhicule s’est immobilisé, l’un d’eux a ouvert la portière. Au lieu de s’asseoir, il a plutôt bondi sur le sac de Marceline, l’a arraché et a pris la fuite. Cette scène s’est déroulée sous le regard impuissant des trois autres passagers qui se trouvaient dans le véhicule. Les deux assaillants sont ensuite entrés dans un champ de maïs, laissant les occupants du taxi dans la peur. Pendant une vingtaine de minutes, la circulation à cet endroit a été perturbée à cause de cette agression. Selon les riverains, ce coin est réputé dangereux « Attendre un taxi à cet endroit est un gros risque. Chaque soir, les clients sont agressés dans les taxis, cette situation, nous la déplorons depuis plusieurs années », témoigne Paul Ngon, un riverain.

A la brigade de gendarmerie de Nkoabang, 12 agressions à cet endroit ont été signalées depuis le 1er juillet dernier. Cinq autres cas ont été signalés à la brigade de Nkomo. Dans la soirée du 15 juin dernier, Marie Louise Fouda, employée d’une banque, a été agressée dans les mêmes conditions au lieu- dit Descente évasion, au quartier Essomba « Je me trouvais dans le taxi, des gens ont fait semblant d’entrer et c’est à ce moment que l’un d’eux a bondi sur mon sac et l’a emporté. Ce sac contenait 140.000F.Cfa et deux téléphones portables », déclare-telle. Sa plainte déposée au commissariat du 4ème arrondissement n’a pas connu une suite favorable.

Bruno Zebaze, chauffeur de taxi, se souvient d’une scène qu’il a vécue au lieu-dit cimetière Ngousso. « Un homme avait arraché le sac d’une cliente et puis il est entré au cimetière.  La cliente avait pensé que j’étais complice, alors que je ne savais rien de cette histoire ». Des agressions de passagers dans les taxis sont régulières aux endroits obscurs. C’est le cas à la montée du petit séminaire de Mvolyé. Depuis longtemps, des personnes se faisant passer pour des passagers y commettent des agressions. Plusieurs chauffeurs de taxi disent avoir pris des dispositions particulières pour ne pas tomber sur ce genre de piège.

C’est le cas de Daniel Eteme qui explique : « Nous avons été sensibilisés plusieurs fois par nos leaders syndicaux. Il nous a été demandé d’éviter de s’arrêter  dans les endroits qui ne sont pas habités. Nous demandons chaque fois aux clients d’être vigilants ».