camernews-mebe-ngo

Tragédie d’Eséka/Edgar Alain Mebe Ngo’o: «Camrail a décidé d’ajouter au train Intercity 8 voitures supplémentaires»

Tragédie d’Eséka/Edgar Alain Mebe Ngo’o: «Camrail a décidé d’ajouter au train Intercity 8 voitures supplémentaires»

Cette déclaration du ministre des Transports renforce le flou sur l’origine de la décision d’allonger le train Intercity 152.

Qui donc a décidé de faire allonger le train Intercity 152 en partance de Yaoundé pour Douala le vendredi 21 octobre 2016 ? Pas facile de donner une réponse claire en ce moment. L’on est d’autant plus confus que le jour du drame d’Eséka le ministre des Transports Edgar Alain Mebe Ngo’o laissait entendre que c’est lui qui avait demandé à Camrail de prendre plus de monde dans ses wagons pour combler les besoins des voyageurs nombreux après la rupture des buses de Manyaï. Une déclaration qui tranche avec celle qu’il fera le lendemain dans un reportage de la Crtv-télé. Voici  ce qu’il déclarait:

«Camrail a décidé d’ajouter au train Intercity 8 voitures supplémentaires. Le train est parti avec plus d’un millier de passagers. Ils sont affirmatifs sur le fait que ce n’est pas la première fois qu’ils ont procédé à une augmentation de la capacité d’emport». Dimanche sur la télévision Vision 4 émettant de Yaoundé, un responsable de Camrail indiquait que c’est le ministre des Transports qui a demandé à l’entreprise de mettre plus de wagons.

Voilà une contradiction qui s’ajoute à une autre orchestrée toujours par le Mintransports. L’on se rappelle en effet que l’ancien patron du département de la défense avait le jour du déraillement d’Eséka, tout d’abord nié la réalité de l’incident avant d’admettre plus tard qu’un accident de train avait eu lieu.  Voici comment Mebe Ngo’o avait expliqué ses propos contradictoires:

«Pendant que le train qui a déraillé était encore en gare à Yaoundé, les premières rumeurs ont commencé à se propager faisant état d’un déraillement du train voyageur. Ces rumeurs se sont amplifiées dans les réseaux sociaux soutenus par une photo d’un déraillement antérieur survenu en 2009 dans les parages de l’hôpital général de Yaoundé.

Naturellement, après la réunion de crise que j’ai présidée, lorsque j’ai été sollicité pour intervenir en direct au journal à 13 heures, il m’a semblé qu’il était indispensable de démentir cette information parce qu’elle était de nature à semer le doute et la confusion dans les esprits au moment même où le Gouvernement était en train de prendre des mesures pour remédier à l’accident de l’effondrement survenu ce matin sur le point kilométrique 68.

Le véritable déraillement selon toute vraisemblance survient donc après, un peu avant Eseka. Voilà ce qui s’est passé. Donc il y a eu un faux déraillement signalé avant, alors que le train était en gare de Yaoundé et par coïncidence malheureuse de circonstances, le véritable déraillement s’est produit par la suite. Il y a une délégation interministérielle qui est sur le point d’embarquer à destination d’Eseka».

camernews-mebe-ngo

camernews-mebe-ngo