Trafic international: on veut renforcer les normes

Le ministre du Commerce a défendu trois projets de loi lundi devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat

 

L’option prise par le Cameroun, en vue de la modernisation du secteur commercial à l’international, est de s’arrimer aux normes en la matière. Surtout lorsque celles-ci sont édictées par les Nations unies. Le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, l’a reprécisé lundi devant les membres de la Commission des Affaires étrangères du Sénat. Accompagné de son collègue Lejeune Mbella Mbella, ministre des Relations extérieures, il avait la responsabilité de défendre trois projets de lois adoptés par l’Assemblée nationale et transmis au Sénat.
Il s’agit notamment du projet de loi autorisant le président de la République à ratifier la convention des Nations unies sur le contrat de transport international de marchandises effectué entièrement ou partiellement par mer (règles de Rotterdam), adoptée le 11décembre 2008 à New York. Tout comme le projet de loi autorisant le président de la République à procéder à l’adhésion du Cameroun à la convention des Nations unies sur les contrats de vente internationale de marchandises, adoptée le 11 avril 1980 à Viennes. Le dernier projet de loi devant être ratifié, était celui sur la convention des Nations unies sur l’utilisation des communications électroniques dans les contrats internationaux, adoptée le 23 novembre 2005 à New York. Avec ces outils, le Cameroun, comme l’ensemble des pays des Nations unies, renforce sa dynamique d’émergence, en s’appuyant sur le secteur commercial.

 

Luc Magloire Mbarga Atangana: « Le facteur commun c’est l’émergence de notre secteur commercial »

Ministre du Commerce

« L’objectif majeur est d’ancrer notre secteur commercial dans la modernité. Qu’il s’agisse des questions liées au transport maritime qui affecte l’éclosion de ce secteur, ou la question sur le contrat de vente internationale de marchandises, ou enfin l’utilisation des communications électroniques dans les contrats internationaux, le facteur commun c’est l’émergence de notre secteur commercial international, afin de l’arrimer aux normes internationales en vigueur. Mais le plus important dans ces conventions, c’est qu’il s’agit des textes préparés par la Commission des Nations unies sur le droit commercial international et adoptés par l’Assemblée générale des Nations unies ».