camernews-pape-francois

Tournée en Afrique: La France refuse d’assurer la sécurité du pape François en république Centrafricaine, un pays miné par une guerre inter-religieuse

Tournée en Afrique: La France refuse d’assurer la sécurité du pape François en république Centrafricaine, un pays miné par une guerre inter-religieuse

Le pape François entame ce mercredi 25 novembre et ce jusqu’au lundi 30 novembre 2015, une mini tournée sur le continent africain.

Parti de Rome en Italie, le Chef de l’église catholique romaine se rendra tour à tour au Kenya, en Ouganda et en République centrafricaine. Selon l’entourage du Saint-Père, ce voyage sur le continent africain, a beaucoup plus un caractère pastoral et œcuménique. Pendant l’escale de  Bangui en Centrafrique, le pape François va davantage prêcher pour apaiser les tensions et surtout ramener  la paix dans ce pays miné par une guerre inter-religieuse qui dure depuis deux années.

Et eu égard à de nouvelle flambées de violences meurtrières à Bangui, le séjour du Saint-Père en Centrafrique, du 29 au 30 novembre 2015, est présenté comme l’étape la plus dangereuse. Certains hauts responsables au Vatican ont même souhaité son annulation. Ils se sont heurtés à la détermination du successeur de Benoît XVI de s’y rendre quelque soient les risques encourus.

Plus grave, selon le journal La Croix, le ministère français de la défense a fait savoir qu’il n’avait pas assez de moyens pour renforcer la sécurité autour de la visite du pape dans le pays de Catherine Samba-Panza, la présidente de la transition. «Le gouvernement français, qui maintient en Centrafrique 900 soldats dans le cadre de l’opération Sangaris, a mis en garde le Vatican contre le risque pour la sécurité du pape et des populations locales que fait peser cette visite dans un pays en guerre et, de surcroît, en pleine campagne électorale. Sangaris ne garantit pas la sécurité au-delà de l’aéroport» écrit le quotidien catholique  français.

Pour finir, c’est la force des Nations Unies avec environ 12 000 hommes en Centrafrique qui va assurer la sécurité du Saint-Père lors de ses déplacements en papamobile en dehors du périmètre de l’aéroport.

Arrivé le dimanche 29 novembre, le Saint-Père «ouvrira la porte sainte de la cathédrale, en anticipation du début du jubilé de la miséricorde qui commence le 8 décembre. Le lendemain, il se rendra à la mosquée centrale de Bangui puis célébrera la messe dans un stade. Il se rendra aussi dans un camp de réfugiés et auprès de la communauté évangélique. Il doit prononcer en français – une première – un discours aux «classes dirigeantes» du pays et également confesser cinq jeunes au début d’une veillée de prière à la cathédrale de Bangui» indiquent nos confrères du journal La Croix.

 

camernews-pape-francois

camernews-pape-francois