Tourisme: L’Afrique enregistre 5% de pertes

Selon l’Omt, le continent apparaît au bas des performances mondiales au cours des huit premiers mois l’année 2015.

 

Le Cameroun fait partie des pays à l’origine de cette baisse, avec un taux de fréquentation en baisse de près de 60%.

Le dernier numéro du Baromètre Omt du tourisme mondial vient de publier son rapport sur l’activité touristique mondiale. Au cours des huit premiers mois de l’année, les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 4,3%, peut-on lire dans le document publié sur le site Internet de l’organisme onusien. Malgré le peu de données disponibles pour l’Afrique, l’Omt annonce une baisse de 5 % des arrivées, baisse qui atteint 10% en Afrique du Nord et se situe à 3 % en Afrique subsaharienne.

Dans l’ensemble, c’est l’Europe qui a tiré le plus de bénéfice de cette partie de l’année. Ici, l’arrivée des touristes internationaux a enregistré une croissance vigoureuse de 5%, «la plus forte de toutes les régions». Les régions Asie-Pacifique, Amériques et Moyen-Orient ont toutes bénéficié de 4 % de croissance. Quant à l’Afrique, le peu de données disponibles semblent indiquer une baisse estimée à 5 % du nombre de touristes internationaux.

«Cette croissance soutenue du tourisme international est une très bonne nouvelle pour tout le monde, étant donné que le secteur du tourisme apporte une contribution de plus en plus importante à la création d’emplois, à la promotion du commerce et des investissements, au développement des infrastructures et à une croissance économique sans exclusion», a déclaré le Secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai. Prenant l’exemple de l’année 2014, il rappelle que le tourisme a apporté «un appui décisif au redressement économique de nombreux pays et à la création de nouveaux emplois».

L’effet Boko Haram met le Cameroun dans la liste noire

Parmi les pays ayant tiré les chiffres du continent africain à la baisse, figure le Cameroun. Le pays affiche une baisse de la fréquentation de plus de 50% en 2015. A cause des exactions perpétrées par la secte islamiste Boko Haram, l’objectif de 1 million de touristes en 2020 commence à tirer le diable par la queue. Après les 975 000 touristes annoncés en 2014, le pays n’aurait pas pu faire mieux en 2015.  Seuls 500 000 touristes internationaux auraient foulé le sol camerounais au cours de cette année. Selon les agences de tourisme, l’insécurité dans le Nord a poussé les pays à inscrire le Cameroun dans la liste des pays les moins fréquentables du monde.

Une  version que conteste Jules Yassi, patron d’une agence de tourisme à Yaoundé. Dans une édition de Le Quotidien de l’Economie, le défenseur de la Destination Cameroun persiste : «le Cameroun n’est pas un pays en guerre comme certains veulent le faire penser. Des pays tels qu’Israël, la Palestine, la Syrie ou même le Kenya demeurent des destinations fréquentées, alors que ce sont des points chauds du globe. Ce qui n’est pas le cas avec le Cameroun dont plus de 90% du territoire est sécurisé». Il conclut en disant que «le Cameroun reste une destination touristique fréquentable, considérable et vendable».