camernews-Obouh-Fegue

A Toi Clément Obouh Fegue, Honneur et Respect par Vincent-Sosthène FOUDA

A Toi Clément Obouh Fegue, Honneur et Respect par Vincent-Sosthène FOUDA

Pour nous Clément tu fus poète aux rimes d’or frôlant le diamant.Tu fus respectueux du verbe et vainqueur de ses lois.Tu as su semer en nous des trésors aux portes de l’instant.Celui qui nous transporte en des lieux d’autrefois.Obou Fegue s’en est allé.Le tamtam raisonne depuis le 1er mars 2014, tu as rejoint la grande famille Etenga, tes frères et sœurs Bassogo, tes mamans Mvog Mbani, tes beaux-frères Mvog Atangana Mballa, Mvog Amougou, Mvog Fouda, Mvog Ada et tu laisses dans le deuil ta douce moitié Félicité Mboa Anaba et ta nombreuse famille. Ici dans la clairière d’Akok Bekoé où tu vis le jour le 6 octobre 1935, nous venons à travers l’Isani de te resituer dans ta généalogie et permettant ainsi à tous de retenir ton lignage. Clément pour cet enracinement dans nos traditions, Honneur et respect.

C’est en 1942 que tu as rencontré l’école occidentale, tu y es allé avec maestria, décrochant tour à tour en 1949 ton Certificat de Fin d’Etudes Primaires et en 1966 ton diplôme d’Ingénieur Hydraulicien à l’Ecole Nationale Supérieur d’Electronique, d’Electrotechnique et d’Hydraulique de Toulouse (E.N.S. E.E.H.T.) l’école mentionne encore aujourd’hui que tu fus major de ta promotion après deux années de classes préparatoires au Lycée de Garçons de Toulouse où tu passas aussi en 1956 le Baccalauréat série Mathématiques élémentaires (Math Elem). Pour ce parcours fils de la grande forêt, Clément Honneur et Respect.

Je suis de ce peuple de ce peuple, celui des Seigneurs de la Forêt, le grand peuple Ekang, tu m’as appris que la sagesse est le seul héritage qui n’exige pas de testament, voilà pourquoi je voudrais m’habiller des traces qui subsistent dans ma mémoire pour te rendre hommage, dire ce que je sais, afin que ceux qui ne savent pas entendent, qu’ils apprennent comment le fils de Jacques Enyegue et de Anastasie Betsie est mort. A toi Clément, Honneur et Respect.

En 1966, tu as regagné le Cameroun, par amour pour lui, voilà pourquoi tu fus nommé Secrétaire d’Etat aux Travaux Publics avec en charge l’étude de faisabilité des adductions d’eau de : Bafia, Nnanga Eboko, Abong Mbang, Akolinga, Eseka, Sangmelima et Obala. Tu t’es acquitté de cette mission avec professionnalisme et succès de 1966 à 1968. Pour ce travail, A toi Clément Obouh Fegue, Honneur et Respect.

En 1968 tu quittes le gouvernement pour la SNEC qui vient d’être créée avec le poste de Chef de Service des Etudes Techniques – tu as occupé ce poste jusqu’en 1972 initiant ainsi l’étude et la réalisation de la première phase du projet et de fourniture d’eau de Bafoussam – pour ce don de toi, A toi Clément Obouh Fegue, Honneur et Respect.

De 1972 à 1975 tu es Directeur Général Adjoint de la SNEC c’est ainsi que tu feras les travaux de Surélévation du barrage de la Mefou pour porter la capacité de retenue de 4 500 000 à 7 000 000 m3. A toi Clément Obouh Fegue, Honneur et Respect.

De 1975 à 2002 tu es Directeur Général de la SNEC, c’est l’époque pour tout bâtir pour tout construire car nous l’avons oublié trop vite il n’y avait rien 12 ans après l’indépendance du Cameroun. C’est ainsi que parmi les travaux et chantiers significatifs tu réalises :

L’adduction d’eau de Mokolo-Mora avec un barrage de retenue de 6. 500 000 m3 sur la Mayo Tsanaga ;

Tu construis la station de traitement ouvrage de stockage et de distribution d’eau de Mokolo

Construction de l’adduction d’eau de Chidifi, Dourbey, Mayo Oulo, Guider, Figuil avec un barrage d’eau de 6 000 000 de m3 ; une station de traitement, ouvrage de stockage, de canalisation de refoulement et de distribution d’eau traité sur 100 km entre Chidifi et Fuguil.

Adduction d’eau de 16 centres dont Bamenda, Limbé, Kumbo, Jakiri, Yabassi, Bagangé, Mbengwi, Mamfé, Kumba, Buéa, Wum

De huit autres centres, Zoatele, Ngoumou, Obala, Sangmelima

De six autre Centres avec la construction de l’adduction d’eau de Yaoundé Horizon 2005. Station de traitement d’Akomnyada par Mbalmayo avec une capacité de 100 000 m3/J – canalisation de refoulement d’eau traitée d’Akomnyada Nkoayos Yaoundé d’une longueur de 40 km avec un diamètre de 1.400 mm ouvrage de stockage de 60 000 m3.

Tu réalises personnellement les plans directeurs du projet d’adduction d’eau de Douala Horizon 2005

Tu réalises le Forage de Massoumbou Douala avec une production de 60 000m3/J avec une canalisation sous fluviale de Massoumbou – Japoma.

Conception et installation de l’arrosage automatique des jardins du Palais Présidentiel d’Etoudi et équipement de la piscine présidentielle du Palais d’Etoudi.

Tu réalises la décentration de la SNEC avec la création de neuf directions régionales, et trois délégations provinciales. Tu es opposé à la privatisation de la SNEC car disais-tu aucun pays au monde ne privatise son énergie première. Je laisse à l’histoire le soin de juger – pour cette œuvre dans un pays qui jusqu’en 2002 au moment où tu quittes la SNEC comptait à peine une vingtaine d’ingénieurs hydraulicien, A toi Clément Obouh Fegue, Honneur et Respect.

Clément Obouh Fegue, tu vas reposer ici entre ton père Enyegue et Betsie, tu nous as appris par la vie de tous les jours que si on veut connaitre un homme, il faut interroger son enfance, interroger son passé. Nous l’avons fait voilà pourquoi nous t’avons situé dans tes origines. Tu es devenu Anyu Etenga, celui qui porte la porte d’un peuple, tu es devenu Azu Zoa tu as gardé la même admiration pour Benoît Bala et ici à plusieurs tu as confié combien de fois il nous manque un tel homme. Tu as rassemblé au-delà des frontières voilà pourquoi tu es devenu mfang-Mot c’est-à-dire Enyoa – e mot a fang ayi mot celui qui est lié tricoté serré avec les hommes de partout. A toi Clément Obouh Fegue, Anyu Etenga, Azu Zoa Honneur et Respect.

Oui la Nation t’a été reconnaissante, Chevalier, Officier, Commandeur, Grand Officier de l’Ordre National de la Valeur, Mérite agricole, médaille d’honneur du travail : argent, vermeil, or ;

Mérite sportif de 1ere classe. Pour toutes ces distinctions, A toi Clément Obouh Fegue, Honneur et Respect.

C’est ici pour nous l’occasion de remercier les uns et les autres, ceux qui ont accepté de respecter tes dernières volontés notamment celle de n’avoir ni couronne, ni fleur ni autre distinction et de retourner modestement à la terre qui t’a vu naitre il y a 78 ans. Pour ce grand dépouillement, A toi Clément Obouh Fegue Honneur et Respect.

Clément au bout du petit matin tu as embarqué seul dans ta pirogue pour regagner ton village pour retrouver Jacques, Anastasie, Léon, tu laisses ici sur le rivage une veuve et une progéniture nombreuses, enfants et petits-enfants qui t’entourent ici de toute leur affection – A toi Clément Obouh Fegue Honneur et Respect.

Clément Obouh Fegue, a Anyu Etenga, à Azu Zoa, A ndié, tu as voulu qu’on te rende à la terre, qu’on rende la parole aux Etenga c’est fait car nous nous devons des égards,

J’ai pris cette parole. J’ai parlé, et ceux qui ont des oreilles ont entendu.

A Etenga !

 

camernews-Obouh-Fegue

camernews-Obouh-Fegue