camernews-armee

Terrorisme: Les pays du bassin du Lac Tchad redoutent une résurgence de Boko Haram

Terrorisme: Les pays du bassin du Lac Tchad redoutent une résurgence de Boko Haram

Une réunion des chefs d’état-major des armées des pays de cette région et du Bénin, jeudi à Yaoundé, a permis de faire l’évaluation du combat sur le terrain, en prélude à la réunion du conseil des ministres de la Commission du bassin du Lac Tchad (CBLT) élargie au Bénin.

De cette réunion des chefs d’état-major, l’on retient que l’évaluation de la situation sécuritaire dans le bassin souligne la nécessité de poursuivre la bataille contre le terrorisme. En effet, comme l’a rappelé le commandant sortant de la Force mixte multinationale (FMM), le général de division Lamidi O. Adeosun, «la guerre contre Boko Haram se poursuit, nous ne devons pas nous fatiguer».

Selon Cameroon Tribune en kiosque ce vendredi, grâce au déploiement professionnel et héroïque des éléments de la FMM, en synergie avec les armées des pays en proie au terrorisme, Boko Haram a été fragilisé. Ce qui favorise aujourd’hui le retour progressif à la normale dans des zones où les populations étaient attaquées et obligées de se déplacer.

Mais, comme l’a évoqué le chef d’état-major des armées du Cameroun, le général de corps d’armée, René Claude Meka, «des activités résiduelles comme l’envoi de kamikazes ou des enlèvements sont encore enregistrées». D’où l’appel à la vigilance du général de corps d’armée René Claude Meka qui redoute que «la braise ne continue à couver sous la cendre».

Heureusement que le Cameroun, grâce à l’impulsion du chef de l’État, chef des armées, n’a pas baissé la garde. L’armée qui, pour donner sens et consistance à la notion de défense populaire, s’appuie sur les populations organisées en comités de vigilance, pour relever le défi. Car, «même contre un seul membre de Boko Haram, la guerre se poursuit», a martelé le général de corps d’armée René Claude Meka.

camernews-armee

camernews-armee