camernews-justice-camerounaise

Terrorisme: Les ex-otages de Lagdo témoignent au tribunal militaire de Garoua

Terrorisme: Les ex-otages de Lagdo témoignent au tribunal militaire de Garoua

C’était à l’audience du 7 septembre dernier.

Leur témoignage était attendu à l’audience du 7 septembre dernier qui a eu lieu au tribunal militaire de Garoua. Ceux qui sont désormais appelés les ex-otages de Lagdo ont donc honoré à ce rendez-vous. À 12, c’est à 9 heures qu’ils ont fait leur entrée dans la cour du Tribunal. «Mama Abakaï, sanglé dans un costume gris rayé tennis d’excellente coupe, s’est tout de suite placé devant ses compagnons d’infortune. Beaucoup n’avaient pas la prestance de l’édile. Il y en avait qui paraissaient encore affaiblis par les 16 mois de la captivité dont ils sont sortis il y a deux mois. La salle d’audience était pleine de monde», raconte le quotidien Le Jour édition du 8 septembre 2016.

Au menu de cette audience était inscrite l’affaire de Brahim Menoumour. L’adjudant de l’armée de terre accusée de «tentative de commission d’attentat terroriste». Après cela, les 12 ex-otages ont été entendus comme des témoins dans ce qui convient d’appeler «affaire ministère public contre Mohamadou Danlami». Il est le principal accusé de l’enlèvement des notables de Lagdo par des hommes lourdement armés et de leur détention dans des conditions qualifiées «d’inhumaines» pendant 16 semaines en territoire centrafricain

camernews-justice-camerounaise

camernews-justice-camerounaise

.

Pour le Colonel Kegni, président du Tribunal, les ex-otages de Lagdo sont bien placés pour de quelconques informations en relation avec les évènements qu’ils ont vécus. D’ailleurs on se rappelle qu’à l’audience du 3 août dernier le président du Tribunal avait indiqué qu’«ils sont les seuls à même de nous éclairer sur les circonstances de leur enlèvement. Par leur libération, l’affaire est presque résolue». Toutefois il faut dire que l’audience a été renvoyée au 5 octobre prochain du fait que la défense a déclaré n’avoir pas un dossier de l’affaire pourtant nouvellement constitué. Elle a donc bénéficié du «droit des accusés à la défense».