TENSIONS SUR UN CAMPUS UNIVERSITAIRE

Le campus de l’université de Ngaoundéré dans la région de l’Adamaoua est sur des braises ardentes. Des étudiants ménacesnt d’interrompre les cours. Et pour cause, la prime à l’excellence académique qu’octroi chaque année le Président de la République Paul Biya.

L’université de Ngaoundéré est sécouée par un mouvement d’humeur. En effet, ce temple du savoir est inondé par des tracts appelants à une grève générale des étudiants.  Sur ces bouts de papiers qui circulent depuis quelques jours et dont nous avons eu copie, les cops disent alerter les autorités académique quant aux magouilles qui précédent la publication des listes des étudiants bénéficiaires de la prime à l’excellence académique.

«  A tous les étudiants inscrits en 2013-2014 en licence 2, ceci est une note qui vous concerne tous car ce de votre prime qu’il s’agit » peut on lire dès les premières lignes. En effet poursuit le tract, « les notes du ministre ont été encore discriminatoire comme pour celles de l’IRIC 2015. A Yaoundé dans les deux universités de Ngoa Ekelle et Soa, tous les ayants validés en session normale comme en session de rattrapage bénéficient de la prime à l’excellence. Pourquoi à l’université de N’Gaoundéré elle est seulement destinée à ceux qui on validés en SN ? », s’interrogent les auteurs des tracts.

Les cops de Dang irrités par cette attitude du Ministre de l’Enseignement Supérieur appellent à une grève générale. « Étudiants et étudiantes levez vous et manifestez votre mécontentements ; dites non à la maffia. Messieurs les dirigeants les étudiants réclament de droit les primes que le président de la République nous donne. Tous les étudiants y ont droit qu’ils valident en SN ou en rattrapage l’essentiel est de valider ». Tout serait parti lorsque l’une des listes provisoires des étudiants devant bénéficier de la manne présidentielle est tombée entre les mains de quelques étudiants. Ayants constatés des « anomalies sur la liste des 50.000 F CFA » une frange d’étudiants que certaine sources estime à une vingtaine, décide d’anticiper sur l’avènement de la prime à l’excellence académique. Résultat, l’Université de N’Gaoundéré  bouillonne.

Face à cette menace devenue sérieuse, l’administration universitaire joue la carte de l’intimidation. Des sources introduites nous indiquent qu’une équipe d’étudiants « chargée de démasquer les fauteurs de troubles est déployée sur le terrain » celle-ci selon nos informations sillonneraient les cités universitaires en vue de trouver l’origine des tracts qui appellent à la grève des étudiants. Ce mouvement d’humeur est perçu par certains responsables de l’auguste institution comme une stratégie destiné à perturber les cours.

Ce n’est pas pour la première fois que l’institution que dirige le Pr Paul Henri Amvam Zollo fait face à une menace de grève relative à la prime à l’excellence académique. En 2013, les cops avaient menacés de perturber le déroulement des jeux universitaires qu’abritait l’université de N’Gaoundéré. C’était suite au non paiement de ladite prime.