camernews-Blaise-Compaore

A TA SANTÉ, BLAISE !

A TA SANTÉ, BLAISE !

Vous connaissez Dingo ? C’est un chien. Un animal étrange de dessin animé qui court souvent à toutes pattes pour se mettre hors de danger. Mais on ne sait trop pourquoi, il continue stupidement à regarder ses trousses, sans conscience du danger parfois plus vrai, qui l’attend devant, au tournant. Résultat : Dingo s’aplatit le portrait sur un mur en béton, un tronc d’arbre, atterrit sur une peau de banane, ou un pot de confiture qui se fracasse en mille morceaux coupants…

Au lieu de se lécher les doigts, on se mord les doigts… Cà, c’est de la déconfiture ! C’est ce qui est arrivé à Blaise Compaoré. Blaise Compaoré, c’est l’assassin de Thomas Sankara. En voulant contourner la constitution pour détourner la démocratie, il a lui-même, dessiné le tournant de son propre destin vers la porte de sortie. C’est marrant comme déculottée sait à ces moments-là, rimer avec celle, imposée le 14 juillet 1789 à la noblesse gauloise par les sans-culottes, avec la prise de la Bastille…

Au Burkina, les jeunes se contenteront, eux, de saccager l’assemblée nationale et de tenir en respect, la télévision nationale. Dans tout çà, Blaise n’a rien vu venir ! Pourtant, il aurait dû se douter combien il était délicat, 06 jours seulement après la commémoration, encore fraîche dans les esprits, de la mort de Thomas Sankara, de vouloir torpiller la constitution ! Une idée vraiment très stupide…

A le voir paradant dans toute l’Afrique de l’Ouest pour jouer les « médiateurs », j’en étais presque venue à me persuader que Blaise avait, cachée quelque part dans un recoin de sa cervelle, quelque bribe d’intelligence… En effet, on la vu jouer tour à tour, les pyromanes et les sapeurs-pompiers. A force, il a traumatisé tous ses voisins. Au Ghana, on avait très peur de lui. Il a, avec l’aide des Français, déstabilisé le Sénégal, le Mali, le Togo, la Côte d’Ivoire. Laurent Gbagbo lui doit d’ailleurs une très large rasade dans l’absinthe de sa déconvenue, qui lui vaut d’avoir été éjecté du pouvoir lâchement concédé à Alassane Ouattara et conséquemment, comme un grand brigand historique, d’être poursuivi pour crime contre l’humanité.

Sûr qu’il doit être content, et que malgré sa propre douleur, il ait débouché le champagne! Depuis1987, le nom de Blaise Compaoré était devenu symbole de trahison. Il a assassiné son frère d’armes, le président Thomas Sankara. Les Burkinabè ne le lui pardonneront jamais ! Il s’est ensuite, assujettir à ceux que combattait Sankara, s’autoproclamant de facto, ennemi de la révolution. Malgré tout il a ténu 27 ans grâce aux occidentaux, jusqu’à la fin de la malédiction survenue ce 30 octobre 2014 à Ouagadougou, et qui le 31, a conduit à on abdication.

Entré par la violence du meurtre, le traître a été à son tour, éjecté par la honteuse colère de la rue. Comme un chien galeux. Le capitaine Sankara notifions-le, avait procédé lui aussi, par un coup d’état militaire. Son prédécesseur pourtant avait eu la vie sauve qui continue, à ce jour, de vaquer en toute sérénité à ses obligations de médecin à Ouaga. Sankara a eu droit à moins de chance. Blaise l’a tué ! Froidement, sans état d’âme. Les Africains ne l’aimeront jamais ! C’est un Compaoré amer et humilié à la face des nations qui craignant vulgairement pour sa vie, a dû s’enfuir comme le voleur qu’il a été. Réfugié en Côte d’Ivoire chez Alassane Ouattara, c’est du pays de la femme que Houphouët Boigny lui avait donnée comme trophée pour son fratricide qu’il guettera désormais, les échos de son sort. Il a pris le pouvoir en octobre.

On le lui reprend en octobre. Sankara est mort à 37 ans. C’est l’article 37 qui va précipiter Blaise… Curieux non ? Myriam Sankara ne s’est pas laissé étouffer par la modestie. Depuis Montpellier, la veuve de Thomas savoure la victoire de la vengeance. Le vendredi 01 novembre 2014, elle va publier ce communiqué: « … Ma joie est celle de la famille Sankara… La jeunesse burkinabè a réhabilité le président Thomas Sankara… » Il ne reste plus qu’à déboucher le champagne… A ta santé, Blaise ! A ton tour de trinquer maintenant…

 

camernews-Blaise-Compaore

camernews-Blaise-Compaore