Syndicats de santé: le mot d’ordre de grève levé

C’était à l’occasion de l’assemblée générale extraordinaire à laquelle ont pris part les délégués hier à Yaoundé.

C’est pour décortiquer le décret du président de la République signé  le 6 mars 2017 accordant des primes aux personnels médicaux et paramédicaux de l’Etat, relevant du Code du travail que les syndicats de santé sous la conduite du Sympens et cap/santé se sont réunis en Assemblée générale extraordinaire hier à Yaoundé. A cette occasion, les présidents du Syndicat national des personnels médico sanitaires du Cameroun (Sympens), Balla Balla et du Syndicat national des personnels des établissements/ entreprises du secteur de la santé du Cameroun (Cap/santé), Sylvain Nga Onana ont entretenu les délégués sur les résultats des négociations entre le gouvernement et les syndicats pour éviter des interprétations erronées. Il s’agit entre autres des textes sur la prise en charge du personnel sanitaire et leur famille, les quotes parts, le reclassement et les primes.
« Nous disons merci au président de la République. Mais qui dit merci en redemande encore. C’est une avancée importante, mais il faut un autre plaidoyer pour les autres problèmes qui n’ont pas encore de solutions. La négociation n’est pas terminée parce que nous avons d’autres revendications », a déclaré Balla Balla. Après avoir passé en revue les 13 points des revendications restantes avec entre autres le départ à la retraite à 60 ans, la subvention du CHU, les avantages de certains personnels, les syndicalistes ont décidé de lever le mot d’ordre de grève. « Nous allons continuer à travailler sur ces points, nous avons réparti les groupes de travail. Nous rassurons que le dialogue social est engagé et se poursuit. Nous faisons la grève que lorsque le dialogue est rompu ou quand c’est le dilatoire », a ajouté le syndicaliste. Par cet acte, l’accalmie reviendra dans les formations sanitaires.